Centrafrique : Le Maire de Begoua appelle à l’aide pour lutter contre l’insalubrité

0

BANGUI, le 09 Novembre 2018 (RJDH) —La commune de Begoua à la sortie nord de Bangui la capitale est insalubre. L’image palpant est celui des alentours du pont-bascule où le couloir reliant l’axe Damara à celui de Boali est envahi par une montagne de déchets.

Tout autour de ces tas d’ordures s’installent çà et là des articles de commerces dont la plupart sont des vivres. Au passage de gros camions obligés de frayer le chemin sur les abords de ces déchets, l’atmosphère devient invivables avec l’odeur nauséabonde qui se dégage. Les usagers sont parfois obligés d’enjamber des liquides polluants qui sortent de là avant de procéder aux achats.

Interrogé sur leur manière de vivre dans cet environnement malsain, une commerçante raconte : « les déchets sont là et nous mettent mal à l’aise. Nous vendons à côté. Les gens du quartier viennent y déposer leurs ordures le soir. Nous également, après le balayage on y dépose les nôtres mais c’est polluant. Nous avons besoin qu’on nous dégage ça. C’est vraiment polluant. A chaque fois, les agents de la Mairie viennent ici pour nous soutirer de l’argent mais nous ne voyons pas cette Mairie enlever les ordures, ni balayer le marché et nous cohabitons malgré nous avec les ordures ».

Cohabiter avec les ordures, un autre commerçant quant à lui attribue la responsabilité à la Mairie : «  il y a des gens du quartier mais également certains agents de la Mairie qui viennent déposer des ordures ici sans pour autant procéder au dégagement. Puisque la Mairie est dans une clôture, elle s’en foute pas mal de la situation.  Ici, nous sommes souvent obligés d’arranger nos marchandises pour céder le passage aux véhicules avant de réinstaller par après ».

Selon le Maire de la commune de Begoua Jean Emmanuel Gazanguinza, le marché a été délocalisé à Zacko sur l’axe Boali. Et ce sont les riverains qui viennent déposer des ordures nuitamment. Ce qui leurs rend la tâche difficile.

« Alors, la Commune de Begoua est comme la vitrine de Bangui. Je demande aux partenaires au développement de nous venir en aide, la Minusca s’ils peuvent m’aider puisque la commune de Begoua n’a pas de camion benne pour dégager ces ordures. Je plaide auprès de mon collègue de Bangui s’il peut me prêter une benne. Et à ceux qui viennent nuitamment déposer les ordures d’arrêter. La Gendarmerie doit veiller sur ça puisqu’ils viennent la nuit et tout le monde est endormi», a lancé Jean Emmanuel Gazanguinza.

Par ailleurs, il a fait savoir que pour ces genres de travaux, la société Socacig a déboursé la somme de 2 millions de FCFA pour élever les ordures. Ne pouvant plus continuer à écrire à la Socacig, le Maire de Begoua sollicite l’aide des personnes de bonne volonté et les sociétés de la place.

La Constitution centrafricaine en son article 11 stipule : « La République garantit à chaque citoyen le droit au travail, à un environnement sain, au repos et aux loisirs dans les conditions fixé par la loi. Elle assure les conditions favorables à son épanouissement par une politique efficiente de l’emploi ».

Partage.

L'auteur

Cyrille Wegue est Journaliste-reporter au Réseau des Journaliste pour les Droits de l’Homme depuis 21 septembre 2018. Il est ressortissant du Département des Sciences de l’Information et de la Communication (3ème Promotion) à l’Université de Bangui où il a décroché sa Licence Professionnelle en Journalisme. Il était Journaliste Reporter au quotidien Le Démocrate de Juillet 2014-Sptembre 2018. Il est également maquettiste de plusieurs bulletins d’informations.

Commenter

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.