Centrafrique : Le gouvernement et la chambre d’agriculture projettent d’instaurer un entreprenariat rural efficace

0

BANGUI, le 29 Juin 2018(RJDH)— Pour atteindre l’objectif de développement durable auquel le pays a souscrit, le gouvernement table sur le volet agricole pour augmenter la production et créer les conditions à travers les coopératives maraichères. Plusieurs sites sont identifiés suite à une étude dont les conclusions sont présentées ce jour à Bangui.

Il s’agit des huit sites destinés au maraichage, sites identifiés à Bangui et ses environs. Dans les six mois qui suivent, les coopératives seront mises en chantier. La création d’une coopérative de maraichers en Centrafrique fait suite aux difficultés que rencontrent les groupements maraichers, difficultés en fournitures de semences de qualité, et du matériel ainsi que l’accès à la micro finance pour développer le secteur.

Ces sites sont énumérés de la manière suivante : Mboko, Vodombala, Sô, Djebel, Gbaloko, Kombo, Ngoulekpa et ADECAF identifiés à travers une étude menée en 2017 par la chambre d’agriculture, d’élevage et de la pêche. Le ministère de l’Agriculture et du développement rural compte appuyer ce secteur afin de contribuer à la résilience des communautés vulnérables.

Ce choix est la résultante d’une étude scientifique.«Nous travaillons toujours sans une base scientifique. Avec cette nouvelle démarche, une étude a été faite tout en tenant compte des critères de proximité et maintenant huit sites sont identifiés, nous pouvons commencer le travail» a indiqué Honoré Feizoure, Ministre de l’Agriculture.

La prochaine étape consistera à mettre  en place la coopérative des maraichers a ajouté le président de la chambre d’agriculture, Désiré Yassigao, «il faut que les maraichers créent leur coopérative parce que les titres fonciers ne pourront être établis qu’au nom de la coopérative. Nous avons pris contact avec la conférence panafricaine de la coopérative basée à Yaoundé pour discuter sur le protocole de coopération».

Selon le chiffre de la fédération nationale des maraichers, environ 13 500 maraichers de Bangui et ses environs sont concernés par ce programme.

Partage.

L'auteur

Judicaël Yongo est ressortissant du Département des Sciences de l’Information et de la Communication (DSIC) à l’Université de Bangui. Titulaire d’une Licence en Journalisme, il est actuellement Journaliste-Reporter au Réseau des Journalistes pour les Droits l’Homme à Bangui (RJDH).

Commenter

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.