Centrafrique : Le documentaire « Les Paupières fermées de la Centrafrique » adulé par le public

0

BANGUI 17 Novembre 2017(RJDH) : Une projection du documentaire « Les paupières fermées de la Centrafrique » ce vendredi 16 novembre à l’espace Linga Tèrè de Bangui a captivé les spectateurs qui n’ont pas caché leur joie. Un documentaire qui retrace l’histoire sanglante de la RCA de 2012 à 2014 au fort de la crise de  la prise de pouvoir par la coalition rebelle seleka aux contre-offensives des anti-balaka.

« C’est vraiment intéressant, je partage l’objectivité avec laquelle ce documentaire est réalisé et je suggère qu’il soit traduit en Sango pour nos mamans du village », a dit Octave Mahamat Adialo, l’un des spectateurs. La projection a été suivie par des interventions du public qui l’a commenté à sa manière. Des commentaires qui vont dans le sens d’une appréciation d’une adhésion au contenu de cette réalisation.

« Principalement, on a cherché pourquoi un pays très riche comme la RCA, avec un peu de population fait partie des pays les plus pauvres, on a cherché les clefs », a dit Alfredo Torrescalles, réalisateur de ce documentaire. C’est ainsi qu’il explique la motivation qui l’a poussé à réaliser ce documentaire qui n’a rien laissé au hasard. Tous les maux qui gangrènent la RCA et surtout les raisons immédiates de la crise actuelle sont passés au peigne fin.

Les témoignages des centrafricains interrogés ont mis en lumière la mauvaise politique, les conquêtes minières, le manque de l’autorité d’Etat, le chômage des jeunes, l’analphabétisme de la population. Toutes les couches de la population, venant des quatre points cardinaux de la RCA ont été interrogées.

Les prochaines diffusions se feront au quartier Fatima et au quartier km5 au courant des semaines à venir. Le public souhaite que plusieurs autres quartiers et plusieurs villes du pays bénéficient aussi de cette projection pour apporter, disent-ils « la cohésion sociale ».

A en croire Alfredo Torrescalles, « les paupières fermées de Centrafrique » est retenue pour le Festival Panafricain de Cinéma de Ouagadougou (FESPACO).

Partage.

L'auteur

Commenter