Centrafrique : L’ambassadeur de France dans le pays confirme son départ après le 14 juillet 2018

1

BANGUI, 15 Juin 2018 (RJDH) —Le départ de l’Ambassade de France en Centrafrique, Christian Bader fixé entre le 14 juillet et le 15 aout 2018 après avoir été rappelé par son pays. Information confirmée au RJDH par le diplomate français Christian Bader lors conférence de presse bilan qu’il a animée ce matin à Bangui.

Nommé il y’a deux ans, Christian Bader, très critiqué par le clan du régime Touadera quitte la Centrafrique sans avoir inversé la tendance de l’impopularité de la France depuis le début de la transition politique dans le pays. Christian Bader diplomate rompu a succédé à  Charles Malinas qui était alors le 7e ambassadeur de France en RCA en 15 ans.

Pour Christian Bader, son séjour a été pratiquement court. « J’aimerais bien rester dans ce pays que j’aime beaucoup parce que j’ai impression que je n’ai pas fini mon travail mais rassurez-vous, les Ambassadeurs passent, c’est comme un préfet, nous ne sommes pas des hommes politiques, nous sommes des fonctionnaires, nous passons, nous arrivons, on nous déplace, on emmène d’autres », a-t-il expliqué au RJDH.

Le diplomate français en Centrafrique projette son départ de ce pays, « mon départ sera pour l’été, je souhaitais fermement être là pendant la fête nationale du 14 juillet et le relève d’ambassadeur se passera entre le 14 juillet et le 15 aout. Je serais très triste de partir mais je continuerais comme tous les autres anciens ambassadeurs à suivre la situation du pays. On ne vient pas en Centrafrique pour l’oublier, bien entendu, on ne part jamais de ce pays en ayant l’impression d’avoir tout réglé », a-t-il précisé.

 « Le successeur est déjà désigné et les autorités Centrafricaines sont en train d’examiner sa candidature. On aura une réponse. Mais je vous rassure que mon départ ne changera rien à la politique de la France dans ce pays », a-t-il déclaré.

Selon les informations du RJDH, le successeur de Christian Bader serait Eric Gérard,  âgé de 55 ans,  un ancien officier de la Gendarmerie  et conseiller des affaires étrangères hors classe, ancien consul Général de France à Marrakech puis à Alger. Il présentera au président de la République sa lettre de créance au lendemain de son arrivée dans le pays. Ce mouvement est fait dans un contexte où la diplomatie russe prend progressivement le dessus face à la diplomatie française trop critiquée ces derniers temps en Centrafrique.

Partage.

L'auteur

Fridolin Ngoulou est journaliste de formation et Rédacteur en Chef du RJDH. Il est ressortissant du département des sciences de l'information et de la communication de l'Université de Bangui, où il a obtenu sa licence, première promotion en 2012. Au RJDH, il a travaillé de 2014 à 2017 comme Journaliste Reporter, Webmaster et spécialiste des médias sociaux avant d'être nommé Rédacteur en Chef le 18 Janvier 2018. Il est membre de plusieurs organisations professionnelles des médias.

Un commentaire

  1. Et alors? Centrafrique n’est pas chez lui. Il doit impérativement partir. Aucun centrafricain ne veut de lui ni de son pays sauf les imbéciles.

Commenter

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.