Centrafrique : L’AG de l’ECEC sur fond d’appel à la reconstruction, au dialogue et à la réconciliation nationale

1

BANGUI, 28 Juin 2017 (RJDH)–La reconstruction de la Centrafrique, le dialogue entre les centrafricains et la réconciliation nationale constituent la trilogie thématique ressortie de l’adresse du Révérend Pasteur Etienne Kotokoua, à l’ouverture de l’Assemblée Générale ordinaire des Eglises Coopérations Evangéliques en Centrafrique (ECEC), le mardi 27 juin à Bangui en présence du président de la République, Faustin Archange Touadera.

Cette assise, selon le Révérend Pasteur Etienne Kotokoua, Président de l’ECEC, est convoquée « dans un contexte difficile où le pays est ruiné par l’une des crises les plus meurtrières de son histoire. La situation sécuritaire reste préoccupante dans certaines villes avec des déplacements de la population, des victimes innocentes et la destruction des infrastructures socioéconomiques ».

Le Pasteur Etienne Kotokoua, s’adressant au chef de l’Etat, a souligné qu’en vertu de l’autorité de l’Eglise, il lui est confiée la mission de Néhémie, celle de rebâtir les murailles de la RCA, « celle de rassembler les filles et fils de la Nation autour d’une table, sans distinction d’ethnie, de religion ou de parti politique ».

Pour le pasteur, il s’agit là de la Reconstruction de ce pays qui a subi de multiples destructions et qui continue de croupir sous le joug des ennemies de la paix. « Nous savons que la tâche est énorme mais pas impossible car le Dieu de l’impossible est avec vous. Que Dieu vous accorde la capacité d’instaurer un climat de dialogue entre les centrafricaines et centrafricains, afin d’amener les partenaires à aider pour l’intérêt supérieur de la nation.  L’église est disponible à œuvrer pour la transformation des cœurs. L’ECEC est restée très attachée au respect de la dignité humaine et les principes inhérents à la laïcité », a-t-il soutenu.

Pour le président Touadera, aujourd’hui le pays traverse le moment difficile. « Comme Néhémie à qui le pasteur a fait allusion, il avait entrepris à reconstruire les murailles, pas dans la paix mais pendant le moment extrêmement difficile. Néhémie et ses hommes étaient combattus et construisaient avec l’épée à la main pour se défendre. Aujourd’hui, l’épée des Centrafricains c’est la prière  et nous croyons fermement que Dieu est avec la RCA. Pour cela, nous devons rester en sa présence, rester dans la prière et dans le programme de Jésus-Christ et c’est notre engament », s’est-il exprimé.

Cette AG ordinaire des ECEC réunit les délégués des 16 préfectures et de Bangui. Il sera question de finaliser la relecture des textes de base, de définir les stratégies pour améliorer les conditions de travail de ses serviteurs et enfin d’exhorter les églises à s’investir dans la recherche de la réconciliation dans le pays.

L’ECEC compte 500 Eglises en RCA, mais aussi en RDC, au Congo Brazzaville, au Cameroun et en France. Née en 1961, elle a été reconnue par le ministère de l’intérieur le 15 novembre 1967.

Partage.

L'auteur

Fridolin Ngoulou est journaliste de formation. Il est ressortissant du département des sciences de l'information et de la communication de l'Université de Bangui, où il a obtenu sa licence, première promotion en 2012. Au RJDH, il est Journaliste Reporter, Webmaster et spécialiste des médias sociaux depuis avril 2014. Il est membre de plusieurs organisations professionnelles des médias.

Un commentaire

Commenter