Centrafrique : L’accès au site des déplacés bloqué suite à un affrontement armé faisant trois morts

0

BANGUI, 13 Novembre 2017(RJDH)—Trois personnes sont tuées dans un affrontement ce dimanche 10 novembre à 13 km sur axe Ouadda à Bria. Conséquence, le pont Gbadou qui relie le site des déplacés de Pk3 à Bria au centre est du pays est bloqué. Information a été confirmée au RJDH par des sources indépendantes.

La ville de Bria est replongée depuis ce 10 novembre dans une spirale de violence à mains armées. Les témoins contactés par le RJDH sur la question parlent d’une montée de violence après l’embuscade tendue à une équipe de commerçants et artisans miniers. Un habitant de la ville qui a requis l’anonymat parle d’un contrôle territorial, « les commerçants et artisans miniers étaient escorté par des ex-combattants Séléka. Ils ont quitté la ville de Bria pour la destination d’un chantier minier situé sur l’axe Ouadda. Arrivés à 13km de Bria plus précisément au village Airokpo, ils étaient tombés dans une embuscade des hommes armés qui contrôlent la zone »a-t-il expliqué au RJDH cette source.

La même source a indiqué que les blessés transférés à l’hôpital ont trouvé la mort  « dans cet affrontement, plusieurs personnes ont reçu des balles, jusque-là trois d’entre ceux qui ont été admis à l’hôpital sont décédés » a-t-il déploré.

Un religieux joint par le RJDH regrette les conséquences de cet incident sur les activités économiques et sociales, « malheureusement l’incident qui s’est produit à 13Km a eu des effets négatifs sur toutes les activités, les commerces sont fermés, y compris les activités pédagogiques qui viennent à peine de se lancer ont été paralysées », a-t-il noté avant de confier un autre risque de tension en vue, « vous savez, la majorité de la population se trouve sur le grand site situé à 3Km de la ville. Le pont qui relie la ville de Bria au site est bloqué par des ex-combattants Séléka après l’embuscade. Parce que certains de leurs éléments ont trouvé la mort dans l’embuscade », a-t-il conclu.

Les violences à mains armées refont surface à Bria après la signature d’un accord de cessation des hostilités entre les groupes armés le 22 Septembre 2017 et la campagne de sensibilisations qui en est suivie engagées par les groupes armés au centre et le centre-est du pays.

 

Partage.

L'auteur

Commenter