Centrafrique : La ville d’Obo accueille la première foire aux semences dans le cadre de la campagne agricole 2018

2

BANGUI, 27 avril 2018 (RJDH)–Lancée le 17 avril dernier par la FAO à Bangui, la campagne agricole 2018 démarre sur un chapeau de roue à travers la première foire aux semences organisée ce 27 avril 2018 à Obo, ville située à 1400 km de la capitale centrafricaine. Avec l’appui de l’UNHCR et de la JUPEDEC, 1000 ménages au total reçoivent des kits agricoles dans cette année partie du Haut-Mbomou.

C’est au rythme de la fête au village que les autorités locales et les partenaires de la Centrafrique ont organisé cette foire aux semences. Parmi les 1000 ménages ciblés pour la ville de Obo, se trouvent des déplacés internes et des refugiés sud-soudanais.

« C’est avec plaisir et cœur plein d’émotion que nous les vulnérables, allons recevoir des semences et outillages pour pouvoir reprendre et accentuer nos activités agricoles. Nous sommes des déplacés internes, nous sommes des refugiés, mais nous sommes après tous des humains qui ont besoin de considération. Ce geste témoigne votre amour envers nous. Nous vous remercions infiniment », a lancé Joseph Jambo, responsable du site des déplacés et réfugiés de Obo dans son mot de remerciement aux partenaires.

Aujourd’hui, la ville de Obo semble enclavée des autres régions du pays, à cause de l’insécurité grandissante, mais également l’absence des voies de communication. Cette foire aux semences devrait booster l’économie locale et favoriser l’autonomisation des populations, selon la FAO et l’UNHCR.

« Les objectifs visés par l’activité de ce jour est de promouvoir le libre choix des semences et des outils aratoires par les bénéficiaires, puis, d’injecter de l’argent dans l’économie de la ville de Obo. J’ose espérer que cette activité conjointe FAO-UNHCR, favorisera également le retour de la cohésion sociale », a déclaré Roger Pierre Panzé, Chef de Base UNHRC de Obo lors de l’ouverture de cette foire.

En prenant la parole, le Sous-préfet de Obo, représentant du préfet du Haut-Mbomou, monsieur Dieudonné Yapoulela, a déploré la spéculation sur les prix faite par certains fournisseurs à l’occasion de cette foire.

À l’aide des coupons d’une valeur de 25 000 FCFA que la FAO aura à payer aux fournisseurs, chaque bénéficiaire a choisi ses intrants agricoles. Les produits amenés par ces fournisseurs sur ce marché de foire sont entre autres, le paddy, l’arachide, la courge, le sésame et la houe Lynda.

La campagne agricole 2018, vise au total 44 000 ménages sur l’ensemble du territoire centrafricain et elle est financée par six bailleurs dont l’ECHO, le Dfid, l’UNO, la Belgique, l’Irlande et la France. Lors de son lancement le 17 avril dernier, le Représentant de la FAO, M. Jean-Alexandre Scaglia, a appelé à une « trêve de semailles » pour son bon déroulement, dans un contexte où, des actes de violences sont signalés dans plusieurs régions du pays./Rosmon Zokoue

Partage.

L'auteur

2 commentaires

  1. Seulement 44 000 ménages sur l’ensemble du territoire centrafricain sont financés par les escrocs de ces 6 organismes internationaux ? Est-ce vraiment humain, nous savons tous que des millions de dollars ont été versés aux organisme.

Commenter

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.