Centrafrique : La société civile nuance sa satisfaction après la levée partielle de l’embargo sur les armes

0

Bangui, 15 décembre 2017(RJDH)—La levée de l’embargo est saluée par des leaders de la société civile interrogés par le RJDH. Au-delà de cet état d’esprit, ces derniers engagent le gouvernement à mieux organiser les forces pour que l’utilisation des armes soit correcte.

Les réactions des leaders de la société civile interviennent quelques heures après l’autorisation donnée à la Russie de doter la RCA en armes. Toutes les organisations engagées dans la société civile sont unanimes : la levée partielle est à saluer.

Me Hyacinthe Gbiégba, coordonnateur adjoint de la Coalition pour la Cour Pénale Internationale CPI-RCA salue cette levée partielle qui pour lui doit pousser les autorités à renforcer le plaidoyer afin d’avoir la levée totale, « nous ne pouvons que saluer cette annonce. Mais il faut que les autorités mettent les bouchées doubles pour que la levée soit totale. C’est le seul moyen d’assurer la sécurité de la population », explique-t-il. Le coordonnateur adjoint de la Coalition pour la Cour Pénale Internationale CPI-RCA engage aussi le gouvernement à réorganiser les Faca pour que ces armes soient mieux utilisées, « ce sont des armes qui arrivent mais les forces doivent être réorganisées pour que ces outils ne soient pas utilisés par des indisciplinés », fait-il savoir.

Le président du Coordination des Organisation Musulmanes de Centrafrique (COMUC), Mamadou Camara, soulève des inquiétudes sur cette décision qu’il salue d’ailleurs, « ce sont des décisions salutaires pour un pays qui doit avoir son armée. Mais ce qui inquiète, c’est la moralité de nos forces. L’Etat doit bien réfléchir avant de s’engager à leur donner des armes pour ne pas qu’on retombe dans les erreurs du passé ».

Plusieurs autres membres de la société civile du pays se sont félicités de cette autorisation. Tous souhaitent que d’autres pays puissent emboiter les pas à la Russie pour faciliter a sortie de crise en République Centrafricaine.

Partage.

L'auteur

Commenter