Centrafrique : « La relance du secteur agricole reste largement sous-financée », selon Jean-Alexandre Scaglia de la FAO

0

BANGUI, 6 Janvier 2018 (RJDH)–Le représentant de la FAO en Centrafrique, Jean-Alexandre Scaglia a présenté le bilan des activités réalisées par son institution durant l’année 2017. Le Numéro 1 de la FAO se dit satisfait à moitié de ce bilan. C’est ce vendredi 5 janvier à l’occasion de  la traditionnelle présentation de vœux de nouvel an à la presse.

Lors de son entretien avec les journalistes, Jean-Alexandre Scaglia a qualifié l’année 2017 d’année de transition pour le secteur agricole à cause des signes positifs de la relance économique. Ces signaux positifs sont marqués par le retour au niveau similaire à celle de 2010 même si les violences demeurent encore de manière régionale dans certaines régions. «L’année 2017 a été une année de transition à différents titres en particulier dans le secteur agricole. Le rapport publié sur l’évaluation des récoltes au mois de septembre 2017  montre que globalement la production agricole en Centrafrique augmente comparativement à celle de l’année 2015» a-t-il déclaré.

Pour lui, la stabilisation sécuritaire est la seule condition pouvant favoriser cette relance. «Cette relance du secteur agricole reste la seule issue qui permettra de fournir des emplois, de générer des revenus. Qui dit emploi ou revenu dit stabilisation or la stabilisation ne se décrète pas», a-t-il fait savoir.

Il se plaint de la faible mobilisation des partenaires au développement à s’impliquer pour redéployer cette agriculture, «70 % de la population dépend directement du secteur agricole mais l’appui financier pour relancer le secteur reste très insuffisant. On a besoin d’un soutien massif vers le monde agricole et que ce qui a été donné jusqu’aujourd’hui reste insuffisant. On doit chiffrer cela à quelques dizaines de millions de dollars or on a besoin de centaines de millions de dollars. Malheureusement, on n’en est pas encore là.», regrette Jean Alexandre Scaglia.

Le redéploiement de l’agriculture dans tous ses secteurs reste la préoccupation majeure de la FAO pour cette nouvelle année. 500 000 personnes ont pu bénéficier d’appuis de la FAO en semences cette année./

Partage.

L'auteur

Commenter

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.