Centrafrique : La réalisatrice Centrafricaine Pascale Gaby Serra reçoit le Prix Spécial films de femmes MIS ME BINGA

0

BANGUI, 3 Juillet 2018 (RJDH)–La réalisatrice Centrafricaine, Pascale Gabriella Serra s’est distinguée lors de la 9e Edition du festival international de films de femmes Mis ME BINGA qui s’est tenue du 26 au 30 juin 2018 à Yaoundé au Cameroun. Elle a obtenu le Prix Spécial films de femmes MIS ME BINGA.

A l’un des plus grands festivals de films féminin d’Afrique Centrale, la réalisatrice venue des bords de l’Oubangui, la Centrafricaine, Pascale Gabriella Serra a ravi le Prix Spécial films de femmes MIS ME BINGA pour son documentaire Zone III. Ce film, Zone III évoque la situation des réfugiés et les personnes déplacées à l’Aéroport Bangui M’Poko, le plus grand camp de personnes déplacées à l’époque et qui a été déjà démantelé.Cette récompense ne peut que réjouir la lauréate qui travaille d’arrache-pied pour donner une image positive à sa République Centrafricaine natale. Sur Twitter, Pascale Gaby a remercié ceux qui l’ont encouragée : «  Merci à tous ceux qui nous soutiennent et à tous ceux qui nous ont fait confiance ».

Ce énième Prix vient s’ajouter à celui que Pascale a obtenu au Festival des Premiers Films en Guinée-Conakry en février 2015 par son documentaire « Bêafrîka ».Ce titre – « Bêafrîka » –  a été aussi diffusé hors compétition au Festival du Film Panafricain à Cannes en Mai 2015, au Burundi lors du FESTICAB, à Dakar au Sénégal lors du Festival IMAGE ET VIE, à l’Alliance Française de Bangui ainsi qu’à l’Université de Bangui en juin 2015, au Festival Vision Documentaire en septembre 2015 à Ndjamena, puis en novembre 2015 à Kinshasa.

Décidément, les artistes centrafricains s’imposent sur la scène cinématographique tout doucement. Sa compatriote Leila N’Deye Thiam a été nominée pour la première fois au festival de documentaires Visions du Réel en avril dans la catégorie « Opening Scenes » réservé aux jeunes réalisateurs pour son film « Chambre 1 ».Qui est Pascale Gabriella Serra ?Native de Bangui, en Centrafrique, Pascale Gabriella Serra a travaillé pendant 2 ans comme animatrice TV à une chaîne de télévision privée à Cotonou (Benin) avant de poser ses valises à Paris afin de suivre une formation en audiovisuel. Elle a décroché avec brio le diplôme d’assistant-réalisateur au Conservatoire Libre du Cinéma Français de Paris en 2006.

Nantie de ce parchemin, et pleine d’expériences, Pascale se mettra au service des organisations non gouvernementales et des associations « en réalisant des films institutionnels ». Du Bénin, au Mali, en passant par le Sénégal, la Mauritanie, la France et les Etats-Unis,  où elle a effectué des tournages, la Centrafricaine a décroché le Prix du « Leadership Award » en septembre 2007 au Carnegie Hall à New-York.

A son actif, elle compte 20 reportages de 15 minutes réalisés en 2009 « Franco Tempo » qui ont été « diffusés à l’Alliance Française de Bangui ainsi que sur la chaîne de télé centrafricaine, dans le cadre de la Semaine de la Francophonie », lit-on sur smile-rca.com.

Patriote toujours animée par l’idée « de montrer une autre image de son pays, la République Centrafricaine, loin des clichés négatifs suscités par la guerre et les violences, elle réalise en janvier 2015, son premier documentaire: Bêafrîka ».

Fondatrice de l’Association IllustrO France, toujours souriante, Pascale Gaby pour ses fans, fait partie de la classe des centrafricains qui s’illustrent positivement.

Partage.

L'auteur

Commenter

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.