Centrafrique : La question du prochain dialogue au centre de la réflexion des rédactions de la presse écrite

0

BANGUI, 04 Juillet 2018 (RJDH) — les journaux de Bangui s’interrogent sur la rencontre entre les pouvoirs publics et les groupes armés qui se pointe à l’horizon.

Le journal Le Confident pose la question de savoir si le sommet de l’UA à Nouakchott est-il un non évènement ? Le journal mentionne que « le grand absent, à la surprise de certains compatriotes et amis étrangers, à cette mise en scène est le président centrafricain Faustin Archange Touadera». Pourquoi ? Parce que l’ombre de Ndjamena et celle de Paris planent sur l’UA.

Aujourd’hui, ce dialogue tant voulu par l’UA est destiné à blanchir Deby qui est indexé par le rapport de la Commission des Droits de l’Homme de l’ONU, les rebelles ainsi que Djotodja et Bozize. « Ce plan machiavélique n’a qu’un seul objectif, procéder à la répartition équitable des postes, accorder l’autonomie à certaines et dépouiller Touadera d’une bonne partie de ses prérogatives pour le réduire dans l’exercice de la magistrature morale » conclut le journal.

Quant au journal Le Démocrate « le gouvernement fort de sa lourde faiblesse, ne pèsera pas dans les discussions et l’exclusivité des débats réservée aux seuls deux acteurs, définit clairement de quel côté la balance va peser » remarque le quotidien Le Démocrate.

Djamous Nimery Alias « Force » est en train d’être délocalisé comme Ali Darassa, titre Le Confident. «Tout comme Abdoulaye Hissène qui avec la bénédiction de la Minusca a réussi à atteindre le nord pour semer l’insécurité et la violence et Ali Darassa qui a été transféré dans la Basse-Kotto avec les lourdes conséquences sur les populations…il est question que le gouvernement prenne le devant pour instaurer des contrôles rigoureux sur toutes les sorties de Bangui et accélérer le déploiement des FACA en province » peut-on lire dans le Journal.

L’Agora met la lumière sur la qualité des services hospitaliers centrafricains. Le journal écrit « d’ordinaire, un hôpital sert à sauver des vies et à prodiguer des soins. Mais s’il y a un lieu où l’on se sent le moins en sécurité, c’est bien les hôpitaux centrafricains…C’est à se demander si l’Etat est au courant de ces grands camps de concentrations » à tel point que nos hôpitaux ont revêtu la tenue de grands mouroirs poursuit le Journal.

Enfin, Le Démocrate revient sur deux faits importants d’actualité. Le suppléant du député de Bambari 3, Monsieur Michel Endjimbrego kidnappé et assassiné le lundi dernier. Ces ravisseurs sont présentés comme des Anti-Balaka « cela témoigne du climat d’insécurité qui règne dans la ville de Bambari et ses environs. La Minusca est présente mais incapable de chasser les groupes armés de cette ville pilote pour le processus de reconstruction ».

Monsieur Touadera, votre ministre conseiller Régina Konzimongo refuse de se soumettre à une décision de justice s’exclame le Démocrate. «  Il s’agit d’une affaire de foncier qui l’oppose à l’office ORCCCPA une structure de l’Etat Centrafricain. Malgré la décision par référé de la Cour d’appel du 20 avril l’enjoignant de suspendre les travaux de construction dans la propriété, la ministre conseillère en fait à sa tête et défie nettement la loi de son pays. Il serait donc aisé pour le patron du palais de la Renaissance qui avait été élu en grande partie pour sa promesse de rupture avec des pratiques anti-républicaines de passer un regard inquisiteur sur ses conseillers proches comme sur celle-ci, Madame Régina Konzimongo. Il faut se rappeler que c’est de cette manière que l’Etat ne dispose plus d’aucun bâtiment administratif » rappelle le journal Le Démocrate.

Partage.

L'auteur

Commenter

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.