Centrafrique : La population se félicite de l’audience de la Cour d’Appel de Bangui

0

BANGUI, le 18 janvier 2018(RJDH)—Plusieurs habitants de Bangui se disent soulagés de voir les bourreaux comparaitre devant la justice. Propos recueillis lors d’un micro en balade du RJDH ce 18 Janvier à Bangui.

La peur au ventre du fait que les armes circulent encore, certains banguissois ont brisé la peur pour saluer l’audience de la Cour criminelle et surtout l’affaire Ministère public contre Rodrigue Ngaïbona Alias général Andjilo. Selon certains ayant requis l’anonymat, l’audience de la Cour criminelle témoigne du retour de la justice.

Un ouf de soulagement selon certains banguissois. Ce procès donne une preuve de la reprise de la justice en ce qui concerne la condamnation des présumés auteurs des crimes en République Centrafricaine.«La justice est en train d’être remise sur pied et j’ai confiance en cette justice. Car désormais les bourreaux auront à répondre de leurs actes» a dit Madame Claire.

Une satisfaction pour les victimes, car désormais elles sont apaisées. «Je suis vraiment content de la justice qui est en train de rattraper Andjilo. Et j’aimerais à ce qu’il soit condamné, pour les exactions et le tort qu’il a causés à ses compatriotes centrafricains et aussi les atteintes aux biens publics » a déclaré sous l’anonymat un homme résigné du fait des groupes armés.

Féïdanganam, un habitant du quartier Combattant salue le courage d’Andjilo et demande à la justice de tenir compte de ses actes de bravoure «dans l’histoire sombre de ce pays, il s’est levé pour libérer le peuple, on doit lui en être reconnaissant et la justice doit lui accorder des circonstances atténuantes car sans lui, même ce qu’ils sont en train de faire maintenant ne pouvaient se faire. On était à deux doigts de la Charia avec la Séléka. Ça il ne faut pas l’oublier non plus »

Les avis restent partagés au sein de l’opinion en ce qui concerne le cas Rodrigue Ngaïbona Alias Andjilo. Mais beaucoup des victimes à travers leur organisations associatives disent que force reste à la loi./Marly Pala et Pamela Dounian-Doté

Partage.

L'auteur

Commenter

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.