Centrafrique : La Minusca se dit en alerte contre les groupes armés à Bambari

0

BAMBARI, le 15 Mai 2018(RJDH)—Suite à la violence armée à Bambari au centre du pays, la Minusca se dit en alerte contre les groupes armés. Position de Vladimir Monteiro, porte-parole de la mission onusienne dans le pays.

Bambari fait face à un regain de violence sans précédent depuis hier soir. Selon le bilan encore provisoire, la Minusca parle de 3 morts et dit être en alerte contre les groupes armés « je puis vous confirmer en ce moment que la flambée de violence à Bambari a fait 3 morts et la Minusca est en alerte en ce moment contre les groupes armés », a indiqué le porte parole de la Minusca, Vladimir Monteiro, sans confirmer ni infirmer si la Minusca vient en appui aux forces de l’ordre harcelées par les groupes armés.

Selon des populations jointes sur place à Bambari, on déplore la passivité de la Minusca « les éléments de la Minusca ont assisté impuissamment à l’attaque des éléments Séléka contre la population civile. Nous regrettons cette  attitude, aujourd’hui toutes les boutiques en face de la gendarmerie ont été incendiées. C’est dramatique et nous sommes tous dans la peur face à cette situation. La Minusca ne nous protège pas pourtant on nous dit que sa mission est de protéger les civils » a lâché cet habitant de Bambari à la mi-journée.

Selon les dernières informations, le préfet Victor Bissékoin et les troupes de la Minusca présentes dans la ville de Bambari sont dans une réunion de crise où on apprend la mort d’un gendarme et d’un autre blessé. Information encore non confirmée par la direction générale de la gendarmerie.  Aucune décision n’est cependant sortie de cette rencontre au moment où nous mettons sous presse cette information.

Le président du collectif des élus de la Oauka, Davy Yama, a appelé les autorités et la Minusca à une action musclée contre les groupes armés et s’interroge sur l’efficacité du processus DDRR.

Bambari replonge dans la violence alors que le processus selon le panel des experts ayant discuté avec les groupes armés suit son cours.

Partage.

L'auteur

Commenter