Centrafrique : Khartoum abritera le 24 janvier le dialogue de l’UA entre le gouvernement et les groupes armés

0

BANGUI, 09 Janvier 2019 (RJDH)—le président Centrafricain, Faustin Archange Touadera vient d’annoncer la tenue du dialogue initié par l’Union Africaine le 24 janvier à Khartoum au Soudan. C’est à l’issue d’une visite de haut niveau ONU-UA-CEEAC que cette décision est prise ce 9 janvier 2019 à Bangui.

La ville de Khartoum a été finalement retenue pour abriter le dialogue entre le gouvernement et les groupes armés, initié par l’Union Africaine. Après plusieurs tergiversations, cette ville voisine pourra servir de cadre pour les discussions entre les groupes armés et le gouvernement Centrafricain.

« Aujourd’hui à l’issu de nos échanges, la date des rencontres entre le gouvernement et les groupes armés, il s’agit du 24 janvier 2019 à Khartoum au Soudan. Et nous sommes donc déjà fixés et il vous souviendra que le week-end dernier,  nous avons eu des rencontres avec la société civile, les partis politiques, les confessions religieuses  et l’association des victimes autour de ces questions. Aujourd’hui nous sommes encore plus fixés grâce à la visite de ces personnalités en République centrafricaine. ça nous a permis de relancer ces dispositifs que nous attendons depuis très longtemps », a expliqué le chef de l’Etat Centrafricain.

Pour Faustin Archange Touadera, « les ministres qui sont arrivés ici vont travailler pour que dans les prochains jours ou les prochaines semaines que nous puissions relancer la commission mixte qui va permettre justement de renforcer, disons la paix et de régler un certains nombres de problèmes au niveau de nos frontières ».

Dans une lettre adressée aux groupes armés en fin décembre 2018, le président de la Commission de l’Union Africaine, le tchadien Moussa Faki Mahamat avait annoncé ce dialogue à Addis Abeba en Ethiopie.

Pressentie pour abriter ce dialogue, après une première rencontre en aout dernier, initiée par la Fédération de la Russie et le Soudan, la ville de Khartoum est retenue.

La mission de l’ONU-UA-CEAC et des diplomates des pays voisins en terre Centrafricaine avait pour objectif de définir la date et le lieu de cette rencontre.

Le secrétaire général adjoint de l’ONU en charge des opérations de maintien de la paix, Jean-Pierre Lacroix, le commissaire à la paix et à la sécurité de l’UA, Smaïl Chergui, et les ministres des Affaires étrangères des pays voisins ont conclu ce dossier au Palais de la Renaissance alors que des manifestants, pancartes en main demandaient depuis quelques jours la tenue de ce dialogue au Soudan, notamment à Khartoum.

Partage.

L'auteur

Fridolin Ngoulou est journaliste de formation et Rédacteur en Chef du RJDH. Il est ressortissant du département des sciences de l'information et de la communication de l'Université de Bangui, où il a obtenu sa licence, première promotion en 2012. Au RJDH, il a travaillé de 2014 à 2017 comme Journaliste Reporter, Webmaster et spécialiste des médias sociaux avant d'être nommé Rédacteur en Chef le 18 Janvier 2018. Il est membre de plusieurs organisations professionnelles des médias.

Commenter

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.