Centrafrique : Khartoum abrite une rencontre entre les groupes armés et le régime de Bangui

0

Khartoum, 28 aout 2018 (RJDH)—Une délégation des chefs rebelles centrafricains se trouve depuis le 27 aout à Khartoum, capitale soudanaise pour des négociations en vue de la signature d’un accord pouvant faciliter la paix dans le pays. Les pourparlers s’ouvrent ce 28 aout 2018.

Cette initiative est portée par les partenaires russes en Centrafrique et au Soudan avec l’appui des autorités soudanaises. Durant trois jours, des négociations intergroupes armés et Bangui seront menées en vue de la signature d’un accord de paix pour la Centrafrique, pays qui est frappé par les violences depuis 2013.

Plusieurs chefs rebelles influents seraient déjà à Khartoum. De sources bien informée, Maxime Mocom, de l’aile dure des miliciens Anti-Balaka est surplace. Noureddine Adam serait aussi attendu, d’après les informations en notre possession. Quelques leaders politiques des mouvements armés prendront part aux discussions.

La démarche russe pourrait bien être interprétée comme une initiative parallèle à celle de l’Union Africaine. Mais, selon des sources proches du système russe à Bangui, les discussions de Khartoum sont organisées pour faciliter celles qui se préparent à Bangui dans le cadre de l’initiative africaine.

La rencontre de Khartoum est organisée au lendemain des discussions entre le Panel des facilitateurs de l’Union Africaine et des groupes armés à l’ouest du pays.

Partage.

L'auteur

Fridolin Ngoulou est journaliste de formation et Rédacteur en Chef du RJDH. Il est ressortissant du département des sciences de l'information et de la communication de l'Université de Bangui, où il a obtenu sa licence, première promotion en 2012. Au RJDH, il a travaillé de 2014 à 2017 comme Journaliste Reporter, Webmaster et spécialiste des médias sociaux avant d'être nommé Rédacteur en Chef le 18 Janvier 2018. Il est membre de plusieurs organisations professionnelles des médias.

Commenter

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.