Centrafrique : Des jeunes de Bangui appellent la Nation à privilégier la non-violence

0

BANGUI,  02 Octobre 2017(RJDH) —-L’Initiative des Jeunes pour la Promotion de la Non-Violence et le Conseil National de la Jeunesse appellent les Centrafricains à prôner la non-violence et la culture de la paix. Appel lancé ce 2 octobre lors de la commémoration à Bangui de la journée internationale de non-violence instituée par les Nations-Unies.

Cette journée internationale a été instituée par les Nations-Nations le 15 juin 2007 pour diffuser le message de la non-violence dans le pays. La journée d’aujourd’hui en Centrafrique est célébrée dans un contexte de crise sécuritaire dans certaines régions de la République Centrafricaine.

 Pour cette commémoration, l’Initiative des  Jeunes pour la promotion de la Non-violence en Centrafrique, a organisé une rencontre d’échange avec les leaders des organisations de la jeunesse de Bangui pour lancer le message de paix. Mesmin Pamessoua, Président du Conseil d’Administration de la plateforme IJN, justifie le choix du thème par la montée de violence dans le pays, « la jeunesse centrafricaine face aux défis de la non-violence, c’est le thème qui interpelle les jeunes centrafricains. Aujourd’hui nous devons nous  engager pour la paix, pour combattre toutes sortes de violences dans notre pays et ceci parce que le pays fait face à la montée en puissance des violences », a-t-il lancé.

Victorine, jeune d’une organisation du 2ème arrondissement de  Bangui salue cette initiative et invite les groupes armés à cesser les violences à Bangui et dans l’arrière-pays, « vous savez, on ne peut pas continuer à vivre dans ce pays avec toutes les formes de violences faites toujours à l’endroit de la population civile centrafricaine. Depuis que le pays vit au rythme de conflit, qu’est-ce que nous avons gagné ? Rien alors faisons la paix, gage de développement  » ; lance cette dernière.

La Journée internationale de la non-violence a été instituée le 15 juin 2007 par les Nations Unies à travers la résolution A/RES/61/271.

Partage.

L'auteur

Judicaël Yongo est ressortissant du Département des Sciences de l’Information et de la Communication (DSIC) à l’Université de Bangui. Titulaire d’une Licence en Journalisme, il est actuellement Journaliste-Reporter au Réseau des Journalistes pour les Droits l’Homme à Bangui (RJDH).

Commenter