Centrafrique : Des humanitaires condamnent la flambée de violences contre les civils

0

BANGUI, 11 Août 2017 (RJDH)– Le regain de violence contre les civils menace la fourniture de l’aide humanitaire essentielle et la survie des populations fragilisées par la crise, un constat fait par des humanitaires dans un communiqué rendu public par le comité de coordination des ONG en Centrafrique (CCO).

La Centrafrique est en proie à des violences armées ces derniers jours affectant les populations vulnérables mais aussi et surtout les acteurs humanitaires. Suite à la dégradation de la situation sécuritaire et aux cycles de violences qui affectent un grand nombre des villes à l’intérieur du pays, les Organisations Non Gouvernementales (ONG)  membres du Comité de Coordination des ONG Internationales en République Centrafricaine ont appelé à la protection des civils et de l’espace humanitaire afin de permettre aux populations vulnérables d’accéder à l’aide qui leur est nécessaire.

Les ONG membres du CCO ont relevé qu’un nombre croissant de civils, travailleurs humanitaires inclus, sont victimes d’attaques souvent mortelles, « Un incident sur 2 résulte en un blessé minimum. Il y a au moins une victime civile dans près d’un incident sur 5. Les femmes et les enfants sont les premières cibles du fait de la banalisation des violences sexuelles et du recrutement d’enfants par les groupes armés. Plus de 20% de la population a dû fuir son lieu de résidence et le nombre de déplacés internes a dépassé les 600.000 en juillet,  le chiffre le plus élevé depuis Mars 2014.  215.000 personnes se sont déplacées dans les derniers 6 mois. De plus, au 31 Juillet 2017, 438.724 ressortissants centrafricains sont enregistrés comme réfugiés dans les pays voisins. (Source : OCHA/UNHCR) », a relevé dans ce communiqué.

« La communauté humanitaire en RCA est très préoccupée par cette situation désastreuse. La population civile est celle qui est la plus touchée par la violence qui a un impact sur leur sécurité et leur capacité de survie », a déclaré Mohammed Chikhaoui, Président du CCO lors d’une journée de mobilisation des ONGs avec les médias, ce 11 aout 2017 à Bangui.

Le communiqué a aussi souligné qu’en tant que civils, «  nous sommes également cibles de nombreux actes de violence. Pour la troisième année consécutive, la RCA est classée comme le pays le plus dangereux au monde pour les humanitaires avec 181 incidents enregistrés depuis le début de cette année ».

Les ONG signataires de ce communiqué Rappellent le principe du droit humanitaire international  « nous rappelons à toutes les parties, leur obligation de protéger les populations civiles et leurs moyens de subsistance, appelons fortement toutes les parties à ne pas utiliser la force, l’abus de pouvoir et à s’abstenir de toute violation des droits humains en RCA,- Appellent les groupes armés à un cessez-le-feu immédiat et à s’engager dans le dialogue politique pour trouver une solution pacifique à la crise ».

Ces réactions sont enregistrées dans un contexte où six volontaires de la Croix-Rouge Centrafricaine ont été tués ce 5 aout à Gambo vers le sud et le pillage à Batangafo dans le nord d’un convoi d’aide humanitaire ainsi que plusieurs autres menaces et incidents contre les acteurs humanitaires.

Partage.

L'auteur

Fridolin Ngoulou est journaliste de formation. Il est ressortissant du département des sciences de l'information et de la communication de l'Université de Bangui, où il a obtenu sa licence, première promotion en 2012. Au RJDH, il est Journaliste Reporter, Webmaster et spécialiste des médias sociaux depuis avril 2014. Il est membre de plusieurs organisations professionnelles des médias.

Commenter