Centrafrique : Historique de la journée mondiale de l’enfant africain

0

BANGUI, 16 Juin 2018 (RJDH) — La RCA n’est pas restée indifférente à la célébration de la journée mondiale de l’enfant africain. «Ensemble pour des actions urgentes en faveur des enfants de la rue» est le thème choisi de cette année. Plusieurs organisations nationales et internationales œuvrant en faveur des enfants ont organisé des manifestations pour commémorer cette journée.

Qu’est-ce que la journée mondiale de l’enfant africain ?

La Conférence des Chefs d’Etat et de Gouvernement de l’Organisation de l’Unité Africaine (OUA) aujourd’hui Union Africaine (UA), a institué à travers la Résolution « CMRes-1290 (XL) » de juillet 1990, la Journée de l’Enfant Africain qui se célèbre le 16 juin de chaque année.

La Journée de l’enfant africain commémore la marche de 1976 à Soweto, en Afrique du Sud, lorsque des milliers d’élèves africains sont descendus dans la rue pour protester contre la mauvaise qualité de leur éducation et exiger que soit respecté leur droit à recevoir un enseignement dans leur propre langue. Des centaines de jeunes garçons et filles ont été abattus et pendant les quinze jours de manifestations qui ont suivi, plus d’une centaine de personnes ont été tuées et plus d’un millier blessé.

Au-delà de cette commémoration, il s’agit pour les États africains préoccupés par le bien-être de leurs enfants et partant, du devenir du continent, de marquer un temps d’arrêt pour faire le point sur une situation de violation des droits de l’enfant et de prendre des mesures appropriées afin d’assurer davantage son mieux-être. C’est ce qui exprime le choix d’un thème de réflexion différent d’une année à l’autre par l’Union Africaine.

Le 26 septembre 1924, la Société des Nations adopte la Déclaration de Genève. Cette déclaration des Droits de l’Enfant est le premier texte international adopté. Le 10 décembre 1948, la Déclaration Universelle des Droits de l’Homme reconnaît que «la maternité et l’enfance ont droit à une aide spéciale ».

La journée mondiale de l’enfant africain en Centrafrique

En Centrafrique, selon le Centre pour la Promotion et la Défense des Droits de l’Enfant (CPDE), la RCA détient actuellement le record mondial des enfants soldats. Environ 12.500 enfants sont utilisés dans les groupes armés, alors que plusieurs enfants vivent dans des conditions difficiles liées à la crise qui secoue le pays depuis 2012.

Dans un communiqué de presse rendue publique le 12 juin 2018, l’Unicef condamne la recrudescence significative de la violence en République centrafricaine au premier semestre de 2018 a forcé au moins 55 000 personnes supplémentaires, dont 28 600 enfants, à fuir à cause de la brutalité et de la violence dans leurs communautés. L’UNICEF a soutenu la libération de 2 969 enfants issus des forces et groupes armés en 2017. Dans le cadre de sa réponse humanitaire d’urgence, l’UNICEF a aidé à mettre en place 315 espaces adaptés aux enfants et des espaces temporaires d’apprentissage dans les camps de personnes déplacées, touchant plus de 56 600 enfants

Pour Unicef, l’assistance aux enfants vivant dans des situations de crise humanitaire en matière de santé, de nutrition, d’eau, d’assainissement, d’éducation et de protection est au cœur de son mandat. Dans le cadre de cette mission et de son plan stratégique 2018 -2021, l’organisation entend privilégier des interventions humanitaires plus rapides, plus efficaces et à grande échelle, conformément aux Principaux engagements pour les enfants dans l’action humanitaire (PEE).

Rappelons que la convention relative aux Droits des Enfants (CDE) a été ratifiée par la République centrafricaine le 23 avril 1992. Adoptée le 20 novembre 1989 et entrée en vigueur le 2 septembre 1990, conformément à l’article 49, la CDE est un instrument juridique international qui attribue l’ensemble des droits dont les enfants doivent bénéficier.

Partage.

L'auteur

Commenter

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.