Centrafrique : Des habitants d’une partie du 2e arrondissement de Bangui manifestent pour réclamer l’électricité

1

BANGUI, 07 avril 2017(RJDH)— Le délestage  est de plus de plus accru dans certains quartiers de Bangui. Les 8 heures de délestages annoncées ne sont pas respectées et certains quartiers de Bangui en sont privés,  ce qui a occasionné une frange de protestation de la population du 2e arrondissement ce 7 mars à Bangui.

Un mois après la mise en exploitation des turbines de Boali, la population de Bangui ne voit pas le changement dans la distribution de l’électricité par l’Enerca. Ils sont nombreux, des jeunes  hommes, femmes et enfants munis de sifflets, pancartes sur lesquels on peut lire des slogans comme « trois semaines sans électricité, impossible », « insécurité, braquage c’est trop sans électricité ». Ces jeunes qui ont investi l’avenue Barthelemy Boganda avec des concerts de casseroles en guise de protestation, peut-on constater dans la rue prise d’assaut.

Une habitante de Bakongo, un quartier sans électricité a expliqué au RJDH les raisons de sa participation à cette manifestation. « Nous en avons marre des braquages, agressions à mains armées, conséquences du délestage abusif, mais ce n’est pas tout, nous préparons les examens de fin d’année, nous n’arrivons plus à avoir de l’électricité pour étudier. Pour les réserves à la maison, on n’en parle pas. Nous allons continuer à manifester jusqu’à ce que l’Enerca nous trouve une solution au cas contraire, nous marcherons sur l’Enerca le lundi prochain »,  a-t-elle lâché.

Ce problème de délestage est aussi souligné par les habitants du quartier Castors dans le 3ème arrondissement dont les huit heures de programme de délestage prévues par l’Enerca ne sont pas respectées, d’après Maurice Providence Bofo. «Il n’y a pas de changement concernant les délestages dans notre secteur même après le changement des turbines. Les heures qui nous ont été promises ne sont pas respectées, l’Enerca ne donne pas le courant à l’heure indiquée pour nous couper l’électricité bien avant. Le temps initial prévu n’est vraiment pas respecté, pourtant, on nous dit que l’électricité est un droit pour notre sécurité»,  a-t-il remarqué.

La population de Kpètènè dans le 6ème arrondissement partage les mêmes causes. Boris, étudiant à l’université de Bangui exige de l’Enerca des réformes structurelles pour sauver la situation. « Ce problème est partout sauf que dans certains secteurs, le courant est permanent. Mais je tiens à ce que l’Enerca mène des réformes profondes concernant la distribution de l’électricité et aussi le personnel ne réagit pas vite au cas de problème. Le programme de délestage de huit heure n’est pas respecté, et je me demande quand-est-ce qu’on aura de l’électricité en permanence dans tout Bangui ? »,  s’est-il interrogé.

Au quartier Bruxelles dans le 2e arrondissement de Bangui, c’est l’indignation. « C’est de l’escroquerie ce que fait l’Enerca et les autorités du pays. Nous payons ce que nous ne consommons pas. Et, c’est de l’injustice. Dans certains quartiers où il ya des autorités comme ministres, premier ministre, président et Directeur général de l’Enerca, les gens n’ont pas de problème. Nous avons plusieurs ONG et entreprises dans notre quartier mais pas d’électricité. C’est regrettable », a déclaré sous l’effet de la colère un leader communautaire.

Selon le constat du RJDH, certains secteurs sont privilégiés et d’autres non. Contacté par le RJDH, les responsables de service de distribution et exploitation se disent préoccuper de la monté de protestation et promettent réagir dans un  bref délai.

Installées dans les années 1950 à Boali, les machines de l’usine de Boali sont vétustes et n’ont pas la capacité de satisfaire la clientèle. Réhabilitées à plusieurs reprises, l’Enerca doit cependant compter sur l’appui de ses partenaires chinois pour convaincre et faire une distribution rationnelle

Partage.

L'auteur

Un commentaire

  1. NADJIMBAYE CHRISTIAN le

    Merci pour le travail accompli par votre organe, il permet à l’opinion nationale et internationale d’être informées sut ce qui se passe en RCA.

Commenter