Centrafrique : Les groupes armés de Kaga-Bandoro reçus par Faustin Archange Touadera

0

BANGUI, 4 août 2016(RJDH)—La visite du président Faustin Archange Touadera à Kaga-Bandoro a été marquée par une rencontre avec les leaders des groupes armés opérant dans la région. De sources non officielles, les discussions ont porté sur la question du DDRR.

Rien n’a filtré de la rencontre entre Faustin Archange Touadéra et les leaders du Mouvement Populaire de Centrafrique (MPC) de Alkhatim, du Front Populaire pour la Renaissance de  Centrafrique (FPRC) du duo Michel Djotodia et Nourredine Adam et ceux des Anti-Balaka. De sources proches de la délégation du chef de l’Etat, les échanges ont porté sur la question du Désarmement, Démobilisation, Réinsertion et Rapatriement. Selon cette source, le président de la République a pris le temps lors de la rencontre, d’expliquer aux leaders de ces groupes armés, sa vision du DDRR ainsi que de la Reforme du Secteur de Sécurité (RSS).

Un proche de Touadéra a indiqué au RJDH que l’objectif est d’amener les groupes armés à s’approprier le processus avant son lancement. Cette rencontre, pour l’entourage de Faustin Archange Touadéra a été un grand succès. Cette position est cependant difficile à vérifier puis que les leaders des groupes armés ne se sont pas prononcés à la sortie de l’audience que leur a accordée le président de la République.

Notons que le chef de l’Etat centrafricain a aussi reçu les notables de la préfecture de Nana-Gribizi. Ceux-ci ont réclamé le redéploiement rapide de l’autorité de l’Etat à travers les forces de défense et de sécurité. Des autorités locales contactées après cette rencontre, ont indiqué que le chef de l’Etat a promis répondre à leur doléance dans un bref délai.

C’est par un meeting au stade municipal de Kaga-Bandoro que Faustin Archange Touadéra a terminé sa visite. C’est le premier déplacement du chef de l’Etat depuis son investiture le 30 mars 2016 dans une zone sous contrôle rebelle. Cette visite à l’intérieur du pays est la deuxième après celle de Bouar en juin dernier. /Fernand Koena et Sylvestre Sokambi

Partage.

L'auteur

Commenter

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.