Centrafrique : « un gouvernement de diversité régionale et de défi » selon le PM Sarandji

0

BANGUI, 13 Septembre 2017 (RJDH) —Mathieu Simplice Sarandji a qualifié son gouvernement de diversité régionale et  de qualité des femmes en lieu et place de quantité. Position exprimée lors d’un point de presse ce 13 septembre à Bangui.

Un jour après la formation de son gouvernement, Simplice Mathieu Sarandji a qualifié son gouvernement de diversité régionale et de défi alors que trois préfectures manquent à l’appel. Il s’agit de la Haute-Kotto, du Bamingui-Bangoran, et la Vakaga dans un contexte où l’équilibre régional est une exigence de la loi fondamentale.

Les défis sont nombreux et Simplice Mathieu Sarandji en mesure les enjeux. « Mon gouvernement est un gouvernement de diversité régionale et de défi », a-t-il déclaré.

Certaines préfectures manquent à l’appel malgré la diversité, mais Simplice Mathieu Sarandji justifie la faille politique de cette manière. « Il y a trois préfectures de notre pays qui n’étaient pas bien représentées dans les dispositifs administratifs du pays.  Et j’ai conscience que ce sont le Bamingui Bangoran, la Vakaga, la Haute-Kotto. Et on est en train de chercher pour équilibrer dans les nominations à venir pour être au service de l’Etat. Le gouvernement qui a vu le jour depuis hier, est un gouvernement qui intègre tous le centrafricains. Cela est un exercice aussi pour ceux de nos compatriotes qui sont appelés au gouvernement à se préparer à gérer leurs régions», dixit le Premier Ministre.

Un gouvernement qui n’a pas pris en compte la question de parité entre homme et femme dans les grandes instances de décisions en République Centrafricaine. Le pourcentage des femmes dans ce nouveau est de 14% et  reste encore en deçà des attentes. Le Premier Ministre justifie cette position par rapport à la qualité et non la quantité. « On dit souvent la qualité n’est pas quantité » a-t-il soutenu pour expliquer son choix de cinq femmes au lieu de plus.

Sarandji joue à la présomption d’innocence pour expliquer le choix des leaders des groupes armés désormais membres du gouvernement. « J’ai soumis au chef de l’Etat Faustin Archange Touadera la liste des compatriotes centrafricains et non des groupes armés pour ce gouvernement au président de la République»,  a-t-il justifié.

Un gouvernement de défi et de diversité régionale prend service alors que les défis humanitaires et sécuritaires sont encore pendant et difficilement résolvables par le gouvernement Sarandji.

Partage.

L'auteur

Judicaël Yongo est ressortissant du Département des Sciences de l’Information et de la Communication (DSIC) à l’Université de Bangui. Titulaire d’une Licence en Journalisme, il est actuellement Journaliste-Reporter au Réseau des Journalistes pour les Droits l’Homme à Bangui (RJDH).

Commenter