Centrafrique : Génération consciente appelle le gouvernement à appliquer la tolérance zéro à l’égard des criminels

0

BANGUI, 05 octobre 2017 (RJDH)—La plate-forme « génération consciente » a appelé le gouvernement centrafricain à appliquer la fermeté contre les groupes armés. Cet appel est lancé lors d’une conférence de presse à Bangui et fait suite à un regain de violence à Bocaranga.

L’appel de la plate-forme génération consciente au gouvernement d’user de la force contre les groupes armés intervient dans un contexte de violence armée à Bocaranga dans le nord du pays aggravant ainsi la situation sécuritaire et humanitaire. La prise de position de la plate-forme génération consciente fait suite à celle du groupe de travail de la société civile qui s’interrogeait du silence du gouvernement devant les atrocités enregistrées dans cette région du pays.

Patrick Alain De-Komah,  coordonnateur de la plate-forme génération consciente parle de calcul, « on ne resterait pas insensible aux derniers évènements qui se sont produits dans l’arrière-pays ces derniers temps. Les populations de Bangui et de l’arrière-pays préoccupées par la rentrée scolaire ne cessent d’être intoxiquées et perturbées par des véreux calculateurs connus de tous ».

Il appelle par ailleurs à la vigilance gouvernementale dans la mise en œuvre du processus DDRR, « d’accélérer le processus du DDRR avec des bonnes personnes, de tenir compte des difficultés que traversent nos bas peuple et surtout ceux des zones touchées. Nous demandons à la Minusca de continuer à accompagner le pays dans le processus de sécurité»  a-t-il ajouté.

Mais si la plate-forme n’est pas d’accord de la position attentiste du gouvernement en appelant à la fermeté, elle estime néanmoins que la solution aux problèmes sécuritaires dépendra de la volonté de dialoguer et celle de respecter les recommandations qui assortiront des pourparlers.

L’idée de la tolérance zéro lancée par la plate-forme est suggérée dans un contexte de restructuration des forces de défense et de sécurité, caractérisée par des tensions sécuritaires dans plusieurs villes de l’intérieur du pays.

Partage.

L'auteur

Commenter