Centrafrique : Ferdinand Alexandre Nguendet accuse Touadera de faire la chasse aux sorcières

0

BANGUI,  12 0ctobre 2017(RJDH) —L’ex président du Conseil National de Transition  et président du parti d’opposition RPR Ferdinand Alexandre Nguendet a accusé Faustin Archange Touadera de précéder à la chasse aux sorcières contre les leaders politiques indociles en instrumentalisant la justice. Accusation formulées ce 12 Octobre après la convocation des leaders politiques de l’opposition par le procureur général, prêt la Cour d’Appel de Bangui dans une interview accordée au RJDH.

Plusieurs leaders des partis politiques d’opposition sont soupçonnés et cités par le régime de connivence avec les auteurs des  événements malheureux ayant endeuillé la partie sud du pays entre mai et juin dernier. C’est dans ce contexte que ceux-ci ont répondu à la convocation du procureur général. Ces chefs des partis politiques sont convoqués alors que la suite à leur plainte dans cette affaire est toujours attendue.

Ferdinand Alexandre Nguendet qualifie d’illégale la commission instituée et accuse l’exécutif d’être à la manœuvre contre les opposants « en son temps nous avons déposé plainte en citation directe dans cette affaire, mais aucune suite n’a été donnée à notre requête et cela sur instruction du pouvoir exécutif qui a instruit le tribunal de grande instance de ne pas se prononcer sur notre requête et il utilise une commission d’enquête irrégulière. Donc le pouvoir exécutif est en train d’instrumentaliser le pouvoir judiciaire et c’est un très grand risque pour la démocratie dans mon pays », a justifié le président du RPR.

Il regrette le fait que l’audition avec le procureur général n’intègre aucune question liée aux événements pour lesquels ils sont convoqués. «  L’audition a duré plus de trois heures et aucune question sur les événements de Niem, Bria, d’Alindao et de Bangassou dont nous avons été accusés. Le tout s’est soldé autour de qu’est-ce qu’il faut faire pour créer les conditions de paix, le décret nommant Ali Darassa etc. » a restitué Ferdinand Alexandre Nguendet.

Elu en 14 février 2016, certains partis alliés à Touadera ont rallié le rang de l’opposition après un constat de carence de la majorité présidentielle au profit de l’opposition. Une opposition démocratique  dont le chef de fil est le président de l’URCA Anicet Georges Dologuélé, deuxième du second tour des élections présidentielles. Il s’agit de Me Nicolas Tiangaye, Me Crépin Mboli-Goumba et Ferdinand Alexandre Nguendet soupçonnés de commanditer les violences à l’intérieur du pays.

Partage.

L'auteur

Commenter