Centrafrique : La FAO déplore les agissements des ex-combattants

1

BANGUI, 12 Août 2017 (RJDH)…Le fonds des nations unies pour l’alimentation FAO, a condamné le mouvement d’humeur d’une partie des ex-combattants et promis prendre des dispositions pouvant éviter toute incompréhension. Déclaration faite lors d’un point de presse ce 11 aout à Bangui.

La réaction de la FAO ne s’est  pas faite attendre plusieurs jours après la grogne des ex-combattants du 7 au 9 devant l’institution ayant entrainé un dysfonctionnement selon Jean Alexandre Scaglia qui regrette l’attitude des bénéficiaires du projet piloté par son institution.

 Les menaces sont inacceptables selon Jean Alexandre Scaglia « la menace contre le personnel et notamment le personnel jeune et féminin sous aucune attitude et dans aucune partie du monde n’est jamais acceptable. On ne négocie pas avec la violence. Quand il s’agit de négociation, c’est deux personnes qui s’assoient pour chercher de solutions. Donc nous condamnons l’acte qui a été posé par les jeunes depuis le lundi et qui a entrainé le disfonctionnement au sein de notre institution. Par ailleurs nous remercions les autorités nationales à travers la gendarmerie et la police centrafricaine et aussi les forces des nations unies qui ont apporté tous leurs soutiens pour la résolution de ce problème auquel nous nous sommes confronté» a-t-il déclaré.

La FAO a montré les raisons du retard dans la livraison des porcins et a indiqué que des dispositions seront prises pour la suite du projet, «  nous avons passé des commandes des porcs entre fin Mai et début Juin avec environ 6 fournisseurs contactés. Dommage que certains n’ont pas pu nous livrer bien que le bon de commande a été fait depuis le mois de Mai. Une autre difficulté est liée à la peste porcine qui est une pandémie qui fait ravage dans la partie tropicale et nous avons évité de distribuer des bêtes malades. Des dispositions sont entrain d’être prises il y’ a des animaux qui ont commencé à être distribués depuis hier et ils y’en ont qui vont arriver et seront distribués le mardi prochain » a justifié le représentant de la FAO.

Les activités s’inscrivent dans le cadre du projet de réduction des violences communautaires (CVR) amorcées en novembre 2016 et ont pris fin le mois de Mai dernier. Le coût du projet est de 680 mille dollars américains et touche environ 766 personnes.

Partage.

L'auteur

Un commentaire

  1. OUIKON DONGONGO le

    Mr le Représentant, vous n’êtes qu’un dinosaure! N’aviez vous pas honte ? Vous aviez au moins 300$/j de travail et ce sur le dos de ces misérables centrafricains à qui votre mafieuse organisation devrait quelque paire de porcins. C’est incroyable et irrespectueux que vous traitiez ces jeunes gens de tout. Ces derniers sont pleinement dans leur droit de dénoncer haut et fort le fonctionnement médiocre de FAO en Centrafrique. Logiquement, l’on devrait vous démettre pour incompétence et détournement de fonds. Vous et vos médiocres agents en Centrafrique ne méritent aucun respect!

Commenter