Centrafrique : Une experte indépendante des Nations-Unies s’inquiète de la détérioration de la situation humanitaire

0

BANGUI, 16 Juin 2016(RJDH)—Aujourd’hui, la situation humanitaire est plus que critique. Pour la première fois depuis aout 2014, le nombre des déplacés internes a dépassé la barre des 500 000 personnes, alors la réponse humanitaire n’est financée qu’à hauteur de 28%,    a déclaré Marie Thérèse Bocoum Kéïta, experte indépendante des Nations-Unies lors d’un point de presse ce 15 Juin à Bangui.

L’inquiétude de Marie Thérèse Keïta Bocoum, experte indépendante des Nations Unies intervient après une visite de 10 jours dans le pays dans un contexte de regain de violence à l’intérieur du pays. Conséquences de ces violences, une augmentation importante du nombre des déplacés internes contrairement à 2014 où le pic de violence a atteint un seuil important.

L’experte indépendante encourage le gouvernement et la Minusca à protéger la population « il est indéniable que la responsabilité de protéger les populations est une obligation de l’Etat et la communauté internationale, particulièrement la Minusca, pour être crédible, doit pouvoir être à ses côtés pour mettre en œuvre efficacement », a-t-elle affirmé.

Marie Thérèse Kéïta Bocoum a salué l’avancement de Cour Pénale Spéciale comme un effort vers la paix. Cette cour de juridiction nationale dont le procureur et certains de ses collaborateurs sont déjà nommés.

L’experte indépendante propose la réhabilitation des FACA comme solution à la violation des droits humains dans ce pays de 623.000km2 où 12 préfectures sur 16 sont contrôlées par les groupes armés. Sa suggestion intervient alors que le retour de l’autorité de l’Etat est fragile sur toute l’étendue du territoire.

Partage.

L'auteur

Commenter