Centrafrique : des étudiants, agents de l’Etat et parlementaires proposent des pistes pour améliorer le bonheur sociétal

0

BANGUI, 04 avril 2017(RJDH)—Plusieurs représentants de la société centrafricaine, dont « Generation Democraty » ont proposé des points prioritaires pour améliorer l’accès au bonheur sociétal en Centrafrique d’accéder. Ces propositions ont été exprimées lors d’une session avec l’Observatoire International du Bonheur ce 24 mars à l’Alliance Française de Bangui. Une activité soutenue par l’Institut Républicain International (IRI) dans le cadre du Parlement du bon sens.

Ces représentants, jeunes et étudiants, sont préoccupés par le bonheur et tentent de rechercher la solution consensuelle pour ce pays d’avoir le bonheur. Cette réflexion assortie de points essentiels intervient dans un contexte où la République Centrafricaine occupe l’avant dernier rang loin derrière la Norvège, premier pays où le plus grand nombre de citoyens disent connaître le bonheur. Ces propositions sont formulées alors que le pays a un taux de croissance économique de 5% selon le FMI. Cette session autour du bonheur intervient quelque temps après une session de GENDEM sur la bonne gouvernance et la démocratie, sur financement de l’IRI.

Si le concept bonheur n’est pas quantifiable et n’est pas aussi des chiffres statistiques selon Anneli venue de Norvège, José membre de l’Observatoire International du Bonheur, s’est montré optimiste « je crois qu’ici, on a senti un besoin du bonheur et plusieurs propositions ont été faites, c’est un appel au bonheur et c’est au Centrafricain de donner suite à ces propositions » a-t-il dit.

L’honorable député de Batangofo estime quant à lui que le bonheur des Centrafricains passe par la parité « je partage les propositions faites par les collègues jeunes, mais selon moi, le bonheur passe par la parité homme-femme, ce que la jeunesse n’a pas encore bien compris. Il faut encourager les jeunes filles à étudier pour ne pas que cette loi que nous avons votée ne puisse pas profiter qu’aux autres »  a insisté le député Marc Déloro.

La stabilité, la sécurité et la mise en musique des cinq verbes de Boganda constituent les piliers des propositions faites pour que la RCA puisse améliorer le bonheur sociétal. La Centrafrique est la troisième nation a organiser le Parlement du bon sens, après l’Inde et la France, selon l’Observatoire international du bonheur(OIB).

Partage.

L'auteur

Commenter