Centrafrique : Échange de tirs entre les groupes armés du km5

0

BANGUI, 19 Juillet 2018 (RJDH) — Des coups de feu à l’arme lourde et légère ont été entendus dans la nuit du mercredi 18 à jeudi 19 Juillet au Km5. Des sources contactées par le RJDH parlent d’affrontement entre deux groupes armés opérant dans le 3ème arrondissement qui ont fait six morts et une dizaine des blessés.

Ce regain de tension refait surface après un calme observé dans ce secteur, au lendemain de l’attaque de l’Eglise de Fatima par des hommes armés du Km5 et qui a couté la vie à plusieurs personnes.

Selon les informations RJDH, deux groupes armés, celui de APO et de Force se seraient affrontés dans la nuit. Les éléments de Nimery Matar allias Force auraient confondu l’autre camp aux Forces Armées Centrafricaines (FACA), positionnées non loin du Km5.

Le bilan provisoire de cette échauffourée fait 6 (six) morts et 10 (dix) blessés, selon des sources concordantes.

Des sources concordantes, en réaction à l’attaque, le cheik point des FACA se trouvant au quartier Boeing, voisin du Km5 a fait l’objet d’attaque et les forces nationales ont repoussé cette attaque vers 1 heure du matin.

Contacté par le RJDH, Nimery Matar allias Force rejette en bloc le combat entre ses hommes et ceux de APO mais accuse les casques bleus de la Minusca et les FACA de vouloir tenter une fois de plus son exécution. « C’est pour la cinquième fois que les forces onusiennes et les FACA m’attaquent la nuit. Je ne suis pas responsable de cet affrontement, je veux la paix tout comme les centrafricains, mais s’ils m’attaquent je dois riposter et c’est ce qui a été fait. J’interpelle l’opinion nationale et internationale à prendre leur responsabilité face à cette menace », a-t-il confié au RJDH.

L’autre camp de APO n’est pas encore joignable ni le porte-parole de la Minusca pour leurs versions des faits.

Dans la nuit du samedi dernier, une attaque similaire a couté la vie à un aide de camp de Force, comme lui-même l’a confirmé au RJDH.

Les activités qui étaient perturbées à l’aurore ont timidement repris dans ce quartier, poumon économique du pays mais plus affecté par les groupes armés et les violences.

Partage.

L'auteur

Commenter

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.