Centrafrique : Le Directeur Général de l’hôpital communautaire promet de sanctionner tout détournement de matériel

0

BANGUI, 12 Janvier 2017 (RJDH)—Le Directeur Général de l’hôpital communautaire Joachim-Paterne Tembéti a attiré l’attention du personnel sur l’utilisation des matériels reçus de l’Association des Ressortissants Centrafricains en France. Il a menacé de sanction tous ceux qui tenteront de détourner ce don.

L’Hôpital Communautaire de Bangui a reçu un don en matériels d’une valeur estimative de 15 000 000 FCFA, lundi 9 janvier 2017. Ce don est composé de lits électriques, de fauteuils roulants, des béquilles, des matelas. C’est une aide de l’Association des Ressortissants Centrafricains en France.

Le Directeur Général dit avoir déjà mis en place un comité de surveillance de ces matériels afin de les sécuriser, « il existe depuis un comité de surveillance pour s’assurer de l’existence de ces nouveaux matériels qui viennent nous donner une bouffée d’oxygène ici à l’hôpital » a-t-il expliqué.

Docteur Joachim-Paterne Tembéti a confié avoir attiré l’attention du personnel sur l’utilisation de ce don. Il a envisagé des sanctions en cas de détournement « nous avons tenu une réunion avec le personnel à propos de l’utilisation des matériels de travail au sein du centre hospitalier. Nous leur avons rappelé les textes et des sanctions qui peuvent aboutir à des licenciements, tout ceci prévu par les textes en cas de détournement des matériels, des produits pharmaceutiques », précise ce dernier.

De sources bien informées, les détournements des biens de cet hôpital est récurent. L’hôpital communautaire, créé depuis 1991 est l’un des deux grands hôpitaux de la République Centrafricaine.

Partage.

L'auteur

Auguste Bati-Kalamet est journaliste-reporter au Réseau de Journalistes pour les Droits de l’Homme (RJDH), après avoir travaillé à la Radio ESCA. Certifié en gestion des radios communautaires, il a effectué plusieurs missions de reportage à l’intérieur du pays. Il est producteur des magazines sur les droits humains.

Commenter