Centrafrique : Le développement de l’agriculture confronté à plusieurs difficultés dans la région N°1

0

MBAIKI, 10 avril 2017 (RJDH)—L’agriculture occupe 80% de la population active dans la région n°1 à savoir la Lobaye et l’Ombelle M’poko. Son développement se confronte à plusieurs difficultés entre autres la coordination technique, la dégradation des pistes rurales et le manque de mobilité empêchant l’écoulement des produits champêtres selon Amélia Eléonore Asshenguy directrice de la région n°1.

L’agriculture placée comme priorité dans le programme du gouvernement est pratiquée dans tout le pays, alors que des problèmes techniques et la dégradation des routes empêchent les cultivateurs à écouler leurs produits vers les grandes villes ainsi que la capitale. C’est dans ce contexte qu’Amélia Eléonore Asshenguy, directrice régionale n°1  de l’agriculture a déploré cette situation.

La véritable relance de l’agriculture passe par la culture attelée  « C’est ainsi que nous faisons tout pour qu’elle dépasse ce stade de travail manuel. Après la crise, les gens n’ont pas encore véritablement repris les activités agricoles à causes de quelques difficultés », a-t-elle présenté avant de relever que les agriculteurs ont perdu les petits outillages et autres matériels agricoles.

Amélia Eléonore Asshenguy a encouragé les ONG nationales et internationales à continuer leur soutien pour la relance et le développement de l’agriculture dans sa région, « La FAO nous soutient toujours à travers les Semences. Nous sommes en période de campagne agricole c’est pourquoi nous invitons la FAO à nous donner les semences à temps. Les semis démarrent maintenant du 15 avril au 15 mai et si les producteurs ont les semis pendant la bonne période, ils pourront faire des bonnes productions », a-t-elle espéré.

 La directrice régionale déplore le manque des moyens logistiques. « Nous demandons au gouvernement de mettre à notre disposition des moyens logistiques. Nous n’avons de moyen de transport pour couvrir la région afin d’apporter des conseils techniques aux agriculteurs », a-t-elle regretté avant de souligner les difficultés relatives à la dégradation des pistes rurales.

La célébration de la journée mondiale de l’alimentation dans la localité a des effets escomptés sur l’agriculture selon la directrice régionale, « C’est une bouffée d’oxygène pour la relance de l’agriculture dans la région. Après son passage, nous avons constaté que les agriculteurs se sont levés pour la reprise des activités agricoles qu’ils considèrent comme base du développement », a-t-elle remarqué.

L’agriculture occupe 66% de la population Centrafricaine et 9% des terres cultivées. Le potentiel des sols est estimé à 15 millions d’hectares, alors que la forêt centrafricaine couvre une superficie de 3,8 millions d’hectares. L’agriculture et la sylviculture contribuaient, en 2014, à 58% du PIB contre 12% de l’industrie extractive (or et diamants) et de transformation (boissons, sucre, cigarettes, tôles).

Partage.

L'auteur

Fridolin Ngoulou est journaliste de formation et Rédacteur en Chef du RJDH. Il est ressortissant du département des sciences de l'information et de la communication de l'Université de Bangui, où il a obtenu sa licence, première promotion en 2012. Au RJDH, il a travaillé de 2014 à 2017 comme Journaliste Reporter, Webmaster et spécialiste des médias sociaux avant d'être nommé Rédacteur en Chef le 18 Janvier 2018. Il est membre de plusieurs organisations professionnelles des médias.

Commenter

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.