Centrafrique : Déséquilibre dans l’avancement des travaux des infrastructures financés par l’UE dans les préfectures

0

BANGUI, 10 Mars 2017(RJDH) —L’avancement des travaux de réhabilitation des infrastructures publiques, financée par l’Union Européenne dans le cadre du projet PRAP, est déséquilibré. Si les travaux avancent dans certaines localités dans d’autres ils sont bloqués.

Le projet de réhabilitation des bâtiments publics, financé par l’Union Européenne s’inscrit dans le cadre du redéploiement de l’autorité de l’Etat. Une enveloppe de 1,6 milliard de Fcfa a été injectée en raison de 100 millions  par préfecture, depuis la période de la transition.

Plus d’une année après le lancement de ce projet, les travaux sont bloqués dans certaines régions et sont en cours dans d’autres.

Ces travaux sont, selon un constat du RJDH bien avancés dans l’Ombélla Mpoko. Une autorité locale parle de succès, « les bâtiments administratifs dans les sous-préfectures de Damara, Bossembele et Bogangolo ont déjà été réhabilités et équipées par les entreprises contractantes » confie une autorité préfectorale.

Dans une partie nord, les travaux sont en cours, selon Clodilte Namboy, préfète de l’Ouham contactée par le RJDH, «à  Bouca, Batangafo, Nanga-Boguila, les travaux ont effectivement commencé et se poursuivent » a confié cette autorité sans donner de précision sur les sous-préfectures de Markounda et de Kabo qui font aussi partie de l’Ouham.

A Paoua et à Bozoum dans le nord-ouest, les travaux amorcés en 2016 sur les bâtiments administratifs évoluent. Une source dans cette localité évoque la finition des travaux, « il est possible que les travaux prennent fin dans les prochains jours pour être remis aux autorités » fait savoir une source contactée à Paoua.

Les travaux sont en cours dans la Nana Mambéré, à l’ouest du pays, «  c’est déjà la finition des travaux à Bouar, Baboua, Aba » confie David Gbeti, Inspecteur principal au ministère de l’Intérieur en charge du projet du redéploiement de l’autorité de l’Etat.

Les travaux sont en cours dans le Mbomou, « les travaux sont en cours dans le Mbomou et cela avance » a souligné Nestor Mameneyaki, procureur de la République près le tribunal de grande instance de Bangassou.

Des retards dans l’exécution des travaux

La réhabilitation de ces infrastructures est à l’arrêt dans plusieurs autres villes de l’arrière-pays. « Des retards considérables sont enregistrés dans la réalisation des travaux dans les préfectures de Nana-Gribizi au centre nord du pays, la Ouaka au centre-est, la Haute Kotto au nord-est, Basse Kotto au sud-est » confie un cadre du département du Plan qui n’a pas souhaité commenter cette situation.

Dans le Haut Mbomou, à l’Est, les travaux n’ont pas encore été lancés, « le lancement des travaux à travers la pause de première pierre de construction du building et réhabilitation de certaines édifices publics est prévu pour ce 27 mars. Nous attendons toujours » a expliqué au RJDH Gislain Dieu-Beni Koyongo,  préfet du Haut-Mbomou.

Dans la Vakaga, dans le Nord-est, rien n’est prêt, selon une source au ministère de l’administration du territoire, « nous ne savons pas quand les travaux vont commencer, ni lancés dans la Vakaga » a lâché un cadre de ce département.

La réhabilitation des infrastructures publiques a été financée par l’Union Européenne pour booster le redéploiement de l’autorité de l’Etat. Des ONG telles que JUPEDEC, Echelle Appui au Développement, Nourrir, AGETIP–CAF, IDC, COOPI, ADEFI, DRC, ACTED ont reçu le financement sauf que le bilan des travaux reste, une année après très mitigé.

Partage.

L'auteur

Judicaël Yongo est ressortissant du Département des Sciences de l’Information et de la Communication (DSIC) à l’Université de Bangui. Titulaire d’une Licence en Journalisme, il est actuellement Journaliste-Reporter au Réseau des Journalistes pour les Droits l’Homme à Bangui (RJDH).

Commenter