Centrafrique : Des Journalistes impliqués dans le cadre du processus de réforme de la Chambre d’Agriculture

0

BANGUI, le 28  Juillet 2018(RJDH)—-Une vingtaine de journalistes sont formés sur l’importance de la communication dans le cadre du processus de réforme de la Chambre Consulaire. Une initiative portée par la Chambre d’Agriculture, d’Elevage, des Eaux, Chasses, Pêches et du Tourisme pour promouvoir la production agricole, pastorale et d’autres secteurs primaires.

L’implication des professionnels de médias dans le processus de la réforme de la chambre consulaire intervient après plusieurs années d’inactivité de cette structure dans le pays faute de financement par le gouvernement. L’objectif de la formation des journalistes selon Désiré Yassigao Président de la Chambre est d’accompagner cette institution à promouvoir la production agricole, pastorale, forestière et touristique à travers la création des sept chambres régionales.

« Aujourd’hui, nous nous retrouvons avec les professionnels de médias pour les informer sur le processus de réforme de la chambre d’agriculture, d’Elevage, des Eaux, Forets, Chasses, Pêches et du Tourisme afin qu’ils puissent mieux accompagner cette institution qui va aboutir à la mise en place de sept chambres dans les sept régions du pays», explique-t-il.

Le défi auquel la chambre doit relever dans le cadre de ce processus, est de parvenir à contribuer au développement rural mais aussi urbain. Pour atteindre ces objectifs, les acteurs notamment les agriculteurs, les pêcheurs, les chasseurs, les forestiers, les pisciculteurs et les institutions touristiques «  doivent savoir ce que c’est que la chambre consulaire et qu’ils comprennent leurs intérêts à adhérer à la chambre. Ils s’engagent à élire leurs représentants qui pourront valablement défendre leurs intérêts au sein de la chambre consulaire »,  a ajouté son président.

La chambre d’agriculture a été créée en 1964 par le gouvernement centrafricain pour contribuer au développement et à la réussite des activités agro-pastorales, forestières et touristiques.  Ce programme de réforme va durer deux ans.

Partage.

L'auteur

Judicaël Yongo est ressortissant du Département des Sciences de l’Information et de la Communication (DSIC) à l’Université de Bangui. Titulaire d’une Licence en Journalisme, il est actuellement Journaliste-Reporter au Réseau des Journalistes pour les Droits l’Homme à Bangui (RJDH).

Commenter

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.