Centrafrique : Des journalistes attendus à Dakar pour échanger sur le traitement des questions liées aux violations des droits humains

0

BANGUI, 30 Novembre 2018(RJDH) — Vingt(20) journalistes sont attendus du 03 au 5 décembre 2018 à Dakar au Sénégal pour prendre part à un atelier d’échange et de partage sur la couverture médiatique sur des  questions liées aux violations des droits humains. Initié et financé par l’Amnesty international, cet atelier vise à renforcer la collaboration entre l’Amnesty international et les médias dans le cadre de documentation des violations des droits humains.

Cet atelier de partage et d’échange  se déroulera du 03 au 05 Décembre 2018  à Dakar au siège du bureau régional d’Amnesty International pour l’Afrique de l’Ouest et du Centrale, il réunira vingt(20) journalistes d’Afrique de l’Ouest et Centrale y compris les blogueurs. Cet atelier vient au moment où plusieurs cas de violations des droits humains sont enregistrés en Centrafrique.

Objectif recherché à travers cet atelier  est de créer ensemble avec les médias un cadre de discussions pour écouter les médias, bloggeurs et activistes des médias sociaux et définir ensemble les angles de traitement et d’autres genre rédactionnels comme, le portrait, les features, les blogs, les analyses fouillées, les enquêtes etc… pour leur permettre de faire une documentation sur  des violations des droits humains qui passent souvent inaperçus.

Un autre objectif est celui d’accompagner les victimes d’Amnesty International sur les violations des droits humains à travers leurs voix, et témoignages sources de solutions. Et aussi accompagner les activités d’Amnesty International et faire entendre la voix de l’organisation en Afrique  de l’Ouest et du Centre.

Créé en 2014 à Dakar en quatre ans (4 ans), le bureau d’Amnesty International pour l’Afrique de l’Ouest et du Centre s’appui sur les médias, blogueurs contribue favorablement dans la lutte contre l’impunité à travers les recherches et les résultats publiés régulièrement et que les gouvernants sont parvenus à prendre des décisions sur cette base. Il est aussi important de souligner que l’Amnesty International subit aussi des réactions des gouvernements sur la base du dénigrement. C’est ce qui justifie la  tenue de cet atelier.

Amnesty International est présent dans 22 pays  et représenté sur le plan continental par ses porte-parole. Cet atelier attendu sera un plus pour les journalistes et blogueurs dans le taux de cas de violations des droits humains est très élevé à l’exemple de la République Centrafricaine, au Cameroun Anglophone avec les Boko-Haram.

Partage.

L'auteur

Commenter

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.