Centrafrique : Des éléments de MPC et FPRC capturés vers Bambari et remis à la justice

0

BANGUI, 2 mars 2018 (RJDH)— Six (6) éléments du Mouvement Patriotique pour la Centrafrique (MPC) et du Front Populaire pour la Renaissance de la Centrafrique (FPRC) capturés à Bambari par Les éléments de la force onusienne ont été remis ce jeudi 1er mars à la justice centrafricaine à Bangui. L’annonce en a été faite par le Ministre de la Justice et des Droits de l’Homme, Garde des Sceaux, Flavien Mbata, dans un communiqué gouvernemental.

L’arrestation de ces hommes armés intervient le jour même où se conclut à la Cour de cassation de Bangui le procès de 12 anciens éléments d’Abdoulaye Hissène, jugés aux travaux forcés à perpétuité pour association de malfaiteurs, détention illégale d’armes et de munitions de guerre, atteinte à la sûreté de l’Etat et rébellion.

Selon les informations du gouvernement, interceptés aux environs de 8 heures dans une forêt située entre l’aérodrome de Bambari et le bac de Ndassima, «les six hommes faisaient partie d’une quarantaine d’hommes lourdement armés en mouvement vers la ville de Bambari. Ils ont été stoppés dans leur progression par les forces aériennes  et terrestres de la MINUSCA», a précisé Flavien Mbata.

«Le Tribunal de Grande Instance de Bambari, territorialement compétent, a été dessaisi de l’affaire au profit de la Cour d’Appel de Bangui, à laquelle les captifs ont été remis, jeudi 1er mars, et qui les poursuivra pour les motifs d’association de malfaiteurs, détention illégale d’armes et munitions de guerre, crime de guerre, crime contre l’humanité et rébellion», a indiqué le membre du gouvernement.

Le communiqué gouvernemental précise que ces derniers seront traités  conformément aux règlements prévus  par le Code de procédure pénale centrafricain, notamment les droits de la défense, le respect du délai de garde à vue, le droit d’être consulté par un médecin et le droit d’être assisté  par un conseil au regard des dispositions des articles 48, 49 du code  de procédure pénale et le droit à un procès juste et équitable.

Cette arrestation intervient moins d’un mois après celle des trafiquants de minutions de chasse et de stupéfiants à Ippy dont le procès au tribunal de Bambari le 14 février s’est soldé par un jugement à cinq ans d’emprisonnement ferme et le versement d’une amende de cinq cent mille francs.

Partage.

L'auteur

Fridolin Ngoulou est journaliste de formation et Rédacteur en Chef du RJDH. Il est ressortissant du département des sciences de l'information et de la communication de l'Université de Bangui, où il a obtenu sa licence, première promotion en 2012. Au RJDH, il a travaillé de 2014 à 2017 comme Journaliste Reporter, Webmaster et spécialiste des médias sociaux avant d'être nommé Rédacteur en Chef le 18 Janvier 2018. Il est membre de plusieurs organisations professionnelles des médias.

Commenter

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.