Centrafrique : Des communautés à l’école de la protection de la faune et de l’environnement

0

BANGUI, 23 Janvier 2018 (RJDH)— Plusieurs organisations communautaires entrent ce jour 23 janvier 2018 en formation à Bangui autour de la problématique de protection de la faune et de l’environnement. Une formation subventionnée par les USA à travers l’USAID, selon un communiqué.

21 millions de dollars soit 11 milliards de Francs CFA, c’est le montant alloué par les USA pour financer la protection de la faune et de l’environnement dans le pays. L’écosystème représente un secteur clé de l’économie, secteur menacé par les effets du réchauffement climatique et du braconnage. L’appui des USA intervient au moment où la République Centrafricaine à l’instar des pays africains, prend l’engagement de s’investir dans la protection de l’environnement comme le prévoit l’Accord de Paris sur l’environnement.

Selon le communiqué de presse, l’atelier de formation des ONG est prévu du 23 au 26 janvier à l’Ambassade des USA à Bangui, «le service américain de la pêche et de la faune sauvage (USFWS), l’Agence américaine pour le développement international (USAID) et le Programme régional pour l’environnement de la République Centrafricaine (CARPE) sont trois agences qui travaillent en synergie en RCA», peut-on lire dans le document.

La sécurité de la faune constitue une préoccupation des Etats Unis d’Amérique «la nécessité d’améliorer la sécurité de la riche faunique de la RCA et de réformer le système  sécuritaire des personnes vivant près des zones où le trafic d’espèces sauvages menace leur vie», rappelle le communiqué.

Selon le représentant de l’USAID, Alistair Mc Neilage, l’approche est participative et implique des communautés de base dans la lutte contre le trafic «cet atelier va renforcer la capacité des participants aux techniques adéquates de protéger la faune, de renforcer le système sécuritaire des communautés locales. C’est aussi une occasion de favoriser l’emploi et le développement rural. Dans l’objectif de réduire le braconnage des éléphants, de diminuer le commerce de la viande de brousse, de dénoncer les industries extractives illicites et de lutter contre le trafic illégal d’espèces sauvages», suggère le représentant de l’USAID.

La crise qu’a connu la Centrafrique depuis 2012 a ouvert la voie aux braconniers, menaçant plusieurs espèces fauniques.

Partage.

L'auteur

Auguste Bati-Kalamet est journaliste-reporter au Réseau de Journalistes pour les Droits de l’Homme (RJDH), après avoir travaillé à la Radio ESCA. Certifié en gestion des radios communautaires, il a effectué plusieurs missions de reportage à l’intérieur du pays. Il est producteur des magazines sur les droits humains.

Commenter