Centrafrique : Décès en masse des ânes enregistrés à Mboki proche de la RDC

0

BANGUI, 13 Octobre 2018(RJDH)—Des cas de décès de masse par vague des ânes sont signalés dans la ville de Mboki, localité frontalière à la République Démocratique du Congo, dans le Haut-Mbomou. L’information est confirmée ce jour au RJDH par le président de la Croix-Rouge de Mboki, Michel Bih, qui annonce aussi des dispositions prises pour éviter une éventuelle contamination. Pour le moment, les raisons de ce décès de masse suivi de saignement ne sont pas encore connues.

L’information du décès en masse des ânes à Mboki survient quelques mois après la  mission effectuée par le ministre de la santé Pierre Somsé dans cette localité où il y avait eu une alerte de suspicion des cas de maladie à virus Ebola.

Michel Bih, président de la Croix-Rouge de Mboki, parle des décès inquiétants enregistrés sur une période de deux semaines, «en deux semaines, nous avons enregistré 26 cas de décès d’ânes. Parmi les 26, ceux qui sont décédés hier, nous avons constaté  de l’écoulement de sang sur les cadavres au niveau de leurs organes génitaux, narines et autres organes», a-t-il expliqué.

« Par manque d’équipement pour déterminer les causes de cette maladie, on ne peut déterminer s’il s’agit bel et bien du virus Ebola. Mais les signes que ces animaux décédés présentent des symptômes similaires à ceux du virus Ebola », a-t-il souligné.

 Informé de ces cas de décès, le chef de centre dit qu’il ne peut pas déterminer les causes desdits décès par manque d’équipement. «Les ânes décédés présentent des écoulements de sang au niveau nasal et buccal », a insisté le président de la Croix-Rouge de Mboki.

Pour le moment, la Croix-Rouge s’active dans la sensibilisation de la population, sensibilisation consistant à ne pas manipuler les cadavres des animaux, « puisque nous ne connaissons pas encore les cause des décès, nous avons activé la campagne de sensibilisation à l’endroit de la population pour ne pas manipuler les cadavres et les animaux présentant déjà ces signes. Nous interpellons aussi le gouvernement à une action très rapide pour arrêter le décès des ânes », a-t-il déclaré.

Par précaution, la Croix-Rouge locale a incinéré à quelques kilomètres de la ville les corps de ces ânes.

Le RJDH a tenté en vain d’entrer en contact avec le ministère de la santé pour plus d’information sur la question.

La ville de Mboki est aujourd’hui l’une des villes où des dispositifs du mécanisme de surveillance de maladie à virus Ebola ont été créés par le ministère de la santé avec l’appui de l’OMS.

Partage.

L'auteur

Commenter

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.