Centrafrique : La Croix Rouge Centrafricaine soutient les jeunes à devenir des responsables

0

BANGUI, 4 Août 2017 (RJDH)—les points focaux de la Croix Rouge venus des 8 arrondissements sont formés à Bangui sur les compétences de la vie courante. Une initiative  de la Croix rouge centrafricaine et de la Croix rouge irlandaise.

Cette formation se situe dans le cadre d’un accord de partenariat signé en 2016 à Paris entre la société sœur de la Croix Rouge Irlandaise et la Croix Rouge Centrafricaine afin de donner les possibilités aux jeunes à s’adapter dans la vie active, à  promouvoir la nouvelle génération et renforcer leurs capacités en gestion des catastrophes. Ces formations sont lancées dans un contexte poste conflit à Bangui.

Honoré Toungouyasset, Chef du Département Développement Organisationnel de la Croix Rouge Centrafricaine, souligne que la formation est la réponse aux préoccupations des jeunes «  nous sommes préoccupés de la vie des jeunes après cette crise. Le sujet qui tient beaucoup plus lors de cette formation porte sur les compétences de la vie courante qui comporte plusieurs thématiques notamment la cohésion sociale, les techniques de la communication, les moyens de développement de la jeunesse et des stratégies mis en place pour le relèvement des jeunes affectés par la crise depuis décembre 2012 », a-t-il indiqué.

Il a en outre ajouté que la formation offre des possibilités de réinsertion aux jeunes « Nous leur avons ouvert de nouvelles pistes  en commençant par des formations professionnelles et enfin nous allons les réunir en groupements  et en coopératives pour qu’ils mènent des activités multidimensionnelles. C’est dans le but de les rendre capables que nous les formons. Ils seront des hommes dignes dans la société. Bangui a été choisi comme zone pilote. Après deux ans, le projet va s’étendre progressivement  dans les autres villes de l’arrière-pays », a-t-il rappelé.

La Croix rouge dans une perspective de gestion et de prévention de conflit et de calamité offre aussi la possibilité aux jeunes centrafricains de s’auto-prendre en charge.

Partage.

L'auteur

Commenter