Centrafrique : Combat intergroupe armé à 5km de Bria

0

BRIA, 22 Juin 2018(RJDH) —- Un combat oppose depuis jeudi des groupes armés à km5 de la ville de Bria axe Alindao au centre du pays. Des sources concordantes contactées  ce matin parlent de deux blessés transférés à l’hôpital, mais aucune précision sur ce qui se passe sur les lieux.

Les menaces sur une éventuelle attaque entre les groupes armés commençaient à se faire sentir depuis trois(3) jours dans la ville à travers le mouvement des rebelles de la Séléka et Anti-Balaka. Selon les informations RJDH, tout est parti sur une barrière à l’axe Bria- Alindao tenue par les éléments de la Séléka.

Un religieux de Bria contacté sur la question revient sur les informations reçues trois(3) jours avant l’attaque, « cela fait déjà trois(3) jours que les informations circulent sur la libération prochaine de la barrière de Mbéti axe Alindao tenue par les éléments de la Séléka. Et vous savez comment vont vite les rumeurs et les deux camps se sont préparés voilà qu’avant-hier, nous avons appris l’attaque sur cette barrière », explique-il au RJDH.

Le prélat parle de deux blessés arrivés à l’hôpital, mais constate un silence de communication de deux coté, y compris de la part des habitants « nous avons discuté avec certains éléments armés y compris les blessés, mais ils ne veulent pas communiquer ni donner une idée sur le nombre des morts. Hier à 19heures, des détonations d’armes lourdes et légères ont été entendues vers Mbéti. Les mouvements sont réduits en ce moment à Bria y compris les activités car les gens ont la peur au ventre», a soutenu ce religieux.

Les informations sur une menace contre la ville de Brai portées par le RJDH, ont été rejetées par le porte-parole de la Minusca Vladimir Monteiro le mercredi dernier lors de sa rencontre avec la presse.

La ville de Bria et ses environs sont pris en otages d’un côté les mercenaires tchadiens alliés des Séléka et de l’autre côté par des Anti-Balaka. Le redéploiement des Forces Armées Centrafricaines (FACA) dans cette partie du pays est réclamé par la population.

Partage.

L'auteur

Commenter

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.