Centrafrique : cinq ans d’emprisonnement ferme pour l’auteur du trafic de munitions à Ippy

2

BAMBARI, le 14 Février 2018(RJDH)—Le Tribunal de Grande Instance de Bambari a prononcé des peines de fermeté et de sursis contre les personnes reconnues coupables de trafic de munitions et de stupéfiants à Ippy. Peine prononcée ce matin lors du délibéré.

Les juges ont suivi le magistrat accusateur dans son réquisitoire pour demander la fermeté contre ceux qui ont procédé au trafic de munitions de chasse et de stupéfiants via l’entreprise Ecolog à Ippy. Le chef de file est reconnu coupable et est condamné à cinq ans d’emprisonnement ferme et à verser une amende de cinq cent mille francs.

Les complices ont écopé d’une peine de sursis. D’autres  soupçonnés dans cette affaire sont déclarés non coupables et libérés par la Cour. Par ailleurs, le Tribunal de Grande Instance de Bambari a lancé des mandats d’arrêt contre des personnes soupçonnées dans la même affaire.

Lors de sa conférence hebdomadaire, la Minusca se refuse de tout commentaire et dit laisser la justice suivre son cours. L’entreprise Ecolog qui fait la sous-traitance à la Minusca rejette toute responsabilité et parle de sa charte qui interdit le transport de passagers.

La décision du tribunal correctionnel de Bambari intervient après la mission des parlementaires de la Ouaka profondément préoccupés par cette affaire.

Partage.

L'auteur

2 commentaires

  1. Le jugement est trop mince vu la gravite des faits car ces munitions etaient destine a tuer de milliers de personnes. Donc, la vie des innoncents qui seraients tuers equivaut a 5 ans de prison + 500,000 FCFA? Jugement de merde (Cfr. Donald Trump propos)

  2. com/ippy-la-minusca-reconnait-lattaque-dun-hopital-et-le-massacre-de-17-civils-par-des-elements-de-lupc/ Home A la Une Nation Ippy : la Minusca reconnait l’attaque d’un hôpital et le massacre de 17 civils par des éléments de l’UPC Ippy : la Minusca reconnait l’attaque d’un hôpital et le massacre de 17 civils par des éléments de l’UPC La Mission multidimensionnelle intégrée des Nations Unies pour la stabilisation en République centrafricaine (MINUSCA) condamne avec fermeté l’attaque d’un hôpital civil dans la préfecture de la Ouaka par les groupes armés de l’UPC (Mouvement pour l’Unité et la Paix en Centrafrique) et du FPRC (Front Populaire pour la Renaissance de Centrafrique). Cette attaque armée s’est déroulée le 12 décembre 2017 dans la ville d’Ippy et a entraîné la mort de 17 civils. La MINUSCA a dépêché une mission d’établissement des faits au mois de janvier 2018, qui a confirmé l’attaque délibérée contre les civils à l’hôpital d’Ippy.

Commenter

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.