Centrafrique : La Chine s’engage à réhabiliter les infrastructures scolaires de Gbaloko

0

BANGUI, 28 Avril 2017(RJDH) —L’école de coopération sino-centrafricaine sera réhabilitée. L’engagement a été pris par le premier conseiller à l’Ambassade de Chine Wan Peng après une visite d’identification des besoins de réhabilitation de cette école ce 27 avril à Gbaloko.

L’école d’amitié sino-centrafricaine est l’une des écoles construites dans le cadre de coopération entre les deux pays. La visite des cadres chinois sur les lieux intervient dans un contexte où les bâtiments abritant cette école ont été saccagés pendant la crise. La chine prend l’engagement de reconstruire cette école quelques mois après l’annonce du chef de l’Etat d’accroitre le budget de l’éducation nationale.

Christophe Gazam-Betty, consultant en projet à l’ambassade de Chine,  présente l’apport de chine, comme une valeur ajoutée à l’éducation des enfants « avec le sureffectif des élèves d’où la nécessité de réhabiliter et construire certains bâtiments pour les enfants. Car le vandalisme a pris le dessus de cette école pendant les événements de 2013 et comme c’est l’école construite par la chine, et il est important de rappeler l’ambassadeur pour créer un cadre idéal au bénéfice des enfants en âge scolaire »,  a-t-il justifié.

Wan Peng, premier conseiller à l’Ambassade de Chine rassure de la volonté de son pays à réhabiliter les infrastructures délabrées  « c’est une visite de terrain pour rendre compte de l’état de l’école construite par la chine. Une fois le rapport sera dressé, nous allons préparer le projet qui sera très bientôt exécuté » a-t-il dit.

L’école amitié chine-Centrafrique de Gbaloko a été créée en 1992 par la chine. Elle compte 12 classes et contiennent plus de 2.600 élèves filles et garçons.

Partage.

L'auteur

Judicaël Yongo est ressortissant du Département des Sciences de l’Information et de la Communication (DSIC) à l’Université de Bangui. Titulaire d’une Licence en Journalisme, il est actuellement Journaliste-Reporter au Réseau des Journalistes pour les Droits l’Homme à Bangui (RJDH).

Commenter