Centrafrique : Bria toujours sous tension après les combats de la veille

1

BRIA, 22 Novembre 2016(RJDH) — La ville de Bria cheffe lieu de la préfecture de la Haute-Kotto est sous tension depuis lundi 21 novembre à cause d’un combat opposant les éléments de l’Union pour la Paix en Centrafrique de Ali Darass et ceux du Front Populaire pour la Renaissance de  Centrafrique (FPRC). Le bilan de l’affrontement d’hier serait lourd mais il est difficile d’avoir une idée exacte sur la situation.

Les activités administratives, scolaires, et commerciales n’ont pas encore repris dans la ville après l’affrontement d’hier.  Les habitants sont restés terrés chez eux et le bilan du combat d’hier n’est pas encore officiellement connu.

Des sources humanitaires, au moins 48 personnes sont morts, une cinquantaine de blessé et près de 5.000 déplacés proche du camp de la Minusca de la ville.

Certaines autorités locales contactées par le RJDH, ont déploré le comportement du contingent Marocain de la Minusca qui aurait ouvert le feu sur la population civile.  Elles ont regretté la « passivité des forces onusiennes depuis le début de l’évènement ».

Une source locale a souligné l’arrivée de renfort des éléments de l’UPC de Bambari afin d’appuyer ceux de Bria. Mais ils ont été neutralisés par ceux du FPRC. Une information rejetée par l’UPC contacté depuis la ville de Bambari.

De sources bien informées la ville de Bria serait sous contrôle des éléments du FPRC qui projettent de descendre sur Bambari fief des éléments de l’UPC.

La Minusca a tenu hier responsables les groupes armés suite à ce regain de violences et a annoncé des mesures de sécurité pour que les combats entre FPRC et UPC ne s’étendent à d’autres localités dans la région.

Partage.

L'auteur

Un commentaire

  1. Afred Donald SARRAMADJI le

    Tout porte à croire que nous sommes retombés dans la situation d’avant 23 mars 2013.
    Vu l’immaturité politique et l’incapacité avec lesquelles, malheureusement Touadera démontre.
    Ils laissent les hommes d’affaires centrafricains à Bangui et lui s’assoit avec les hommes d’affaires français pour discuter quoi dans quel langage? c’est dommage. depuis 07 mois que de pilotage à vue de voyage en voyage. la promesse de don ne résoudra en terme de relèvement et reconstruction que si la capacité des acteurs actuels au pouvoir mobilisation justifie devant les bailleurs d’ici mars 2017 à la maîtrise sécuritaire du pays.
    TOUADERA ne mesure pas encore jusqu’à ce jour, et un jour qu’il soit débarqué du pouvoir lors d’un de ses multiples voyages pour se faire filmer avec les religieux et les gourous ennemis du peuple centrafricain.
    comment lui donner du crédit lorsqu’il ne comprend pas que presque toute les provinces sont attaquées par les rebelles.
    il libère Francis BOZIZE qui à son tour forme les ANTI-BALAKA/FACA dans la ville de Bangui au vue et su de tous et fait des va-et-vient de Bossangoa et Bnagui, recrute des FACA et des jeunes convint son père François de BOZIZE qui se trouve au Cameroun à rentrer sur les cendres des civiles qu’ils ont dans un passé plus ressent tués froidement?
    où allons -nous?
    TOUEDERA RENDRA COMPTE BIENTOT TOT OU TARD!
    IL est désormais appelé le Sous-Préfet de Bangui et environ. Je ne suis plus sure qu’il se rendra à Damara d’ici après 1er Décembre 2016.
    suivez mon regard.
    rendez-vous au sommet du 30 Nov 2016 à LIBREVILLE soit il dissous le gouvernement du chien SARANDJI devenu son ennemi soit il part.
    Tortue tu es mauvais dé!!!

Commenter