Centrafrique : Bangui condamne le putsch manqué et apporte son soutien à Malabo

0

BANGUI, 10 Janvier 2018 (RJDH)—Le Président de la République Centrafricaine, Faustin Archange Touadera et des membres du Gouvernement étaient hier, 09 janvier à Malabo pour apporter leur soutien à la Guinée-Equatoriale après le coup d’Etat déjoué. Des mercenaires centrafricains auraient participé au putsch manqué.

Après le coup d’Etat manqué en Guinée Equatoriale dont des mercenaires centrafricains, tchadiens, camerounais,…les pays de la Sous-région solidarisent leur lien pour traquer les commanditaires. C’est à cet effet que  le Président Centrafricain, Faustin Archange Touadera avec une délégation composée de Mme marie-Noëlle Koyara, Ministre de la Défense et de la Restructuration des Armées, de Mr Firmin Ngrebada, du Ministre d’Etat Directeur de cabinet et de Georges Dibert, Conseiller politique à la Présidence ont été reçus par le Chef d’Etat guinéen, Obiang N’guema « pour échanger sur le renforcement de la coopération bilatérale dans le domaine de la sécurité et de la justice », a indiqué la Présidence Centrafricaine.

« Nous pensons qu’il était important pour nous de venir exprimer notre condamnation et apporter notre soutien au président Obiang et à son peuple au nom de la préservation de la paix en Guinée Equatoriale et dans la zone CEMAC», a déclaré le président Touadera.

Concernant le dossier relatif à la participation de mercenaires centrafricains au coup d’Etat déjoué, les autorités de Bangui disent être disposées à apporter leur concours à Malabo. « Le président Touadera a marqué la disponibilité de son pays à collaborer dans le cadre de la coopération judiciaire avec la Guinée Équatoriale et les autres pays de la CEMAC », a rapporté Mr Firmin Ngrebada, Ministre d’Etat Directeur de cabinet à la présidence.

Cette affaire de putsch préoccupe la CEMAC et l’extradition de son cerveau, le tchadien Mahamat Kodo Bani détenu au Cameroun est réclamée par son pays et la Guinée Equatoriale.

Qui est Mahamat Kodo Bani ?

Selon des organes de presse, le chef des commandos, le tchadien Mahamat Kodo Bani a fait la pluie et le beau temps au Darfour, en République Centrafricaine et au Cameroun en vendant ses prestations à différents groupes. Si le Tchad dément que c’est un ex-militaire de la garde présidentielle de Deby, Radio France Internationale a affirmé que « le mercenaire avait été membre de la garde présidentielle, notamment sous les ordres du chef d’état-major Daoud Soumaïn ». Il rejoint alors en 2008 la rébellion au Darfour et se range aux côtés de l’UFCD, l’Union des forces pour le changement et la démocratie. Deux ans après, Mahamat Kodo Bani est rayé de l’armée tchadienne et arrêté, puis mis en liberté.

Attiré par le mercenariat, il se fait distinguer en vendant ses services à la rébellion de la Séléka qui a renversé le Président Bozizé en 2013. Mais ses multiples mouvements entre la Centrafrique, le Cameroun et le Tchad sont signalés. Il est alors arrêté avec une bande de mercenaires Centrafricains (05), des Tchadiens (18), des Camerounais (02) et des Equato-guinéens (01) parmi ces mercenaires, d’après une liste qui circule sur les réseaux sociaux.

Partage.

L'auteur

Commenter

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.