Centrafrique : Antonio Guterres invite les forces vives à la reconstruction du pays

0

BANGUI, 27 octobre 2017(RJDH)—Le secrétaire général de l’ONU en visite de travail à Bangui a appelé les forces vives à travailler pour la réconciliation, le respect mutuel et à l’union pour bâtir une Centrafrique nouvelle. Position exprimée ce 26 octobre à la sortie d’une rencontre sur le DDRR au Palais de la Renaissance à Bangui.

Le DDRR, une des recommandations de la consultation populaire à la base et du  forum de Bangui, est conçu comme une porte de sortie de crise dans ce pays fragilisé par la crise politico-sécuritaire. L’intervention du secrétaire général des Nations Unies est faite dans un contexte où Faustin Archange Touadera prône le DDRR négocié avec les groupes armés depuis son accession à la magistrature suprême de l’Etat. Mais le secrétaire général souhaite que le peuple s’approprie cela pour son succès en demandant aux groupes armés et aux leaders religieux communautaires à la réconciliation, le vivre ensemble, le tout dans un contexte de violence que l’ONU qualifie de nettoyage ethnique.

 Antonio Guterres plaide pour l’engagement des forces vives en ces termes : « Il faut absolument que les dirigeants politiques, que les dirigeants des groupes armés, les leaders religieux communautaires appellent à une véritable réconciliation, à un respect mutuel, à la compréhension que tout le monde doit vivre ensemble pour bâtir la nouvelle République Centrafricaine ».

Il a en outre annoncé la contribution de l’ONU à l’avancement du DDR. « Il y’a une vision et une stratégie claire qu’il faut garantir dans son exécution. Un volet sécuritaire que nous voulons contribuer avec la Minusca en augmentant l’effectif des casques bleus. Il y’a le volet de la construction de l’Etat, celui de la réconciliation nationale et le volet du développement et dans tous ces volets nous travaillerons ensemble et nous appuierons les projets du gouvernement ».

Le gouvernement a annoncé le bouclage du financement global du processus DDRR qui jusque-là est à sa phase pilote et qui devrait s’opérationnaliser malgré l’insécurité dans plusieurs villes de l’intérieur du pays./

Partage.

L'auteur

Commenter