Centrafrique : André Denamsé-Ketté plaide pour un sursaut social des centrafricains pour favoriser le déploiement des FACA

2

BANGUI, le 24 Juillet 2018(RJDH)—Le président du Front National Démocratique (FND) André Denamsé-Ketté propose la contribution citoyenne des fonctionnaires et agents de l’Etat pour obtenir 150 millions de dollars dont le pays a besoin en vue de redéployer l’armée sur tout le territoire. Position tenue dans l’émission actualité et nous de ce jour dont il est le grand témoin.

En réaction à la vision de Marie Noëlle Koyara, ministre de la Défense Nationale de mobiliser 150 millions de dollars pour financer l’armée et son déploiement, André Denamsé-Ketté offre au gouvernement la piste du sursaut social des travailleurs et agents de l’Etat de prélever des francs symboliques pouvant atteindre le standard souhaité. Il refuse par la même occasion l’idée d’abattement de salaire mais parle plutôt de sacrifice. C’est la ligne choisie par cet enseignant chercheur de l’Université de Bangui.

Le Front National Démocratique se démarque de l’idée de l’amnistie souhaitée par François Bozizé et son parti le KNK « le pardon, il y’en a eu, l’amnistie il y’en a eu aussi, mais pour quel résultat » ?   S’interroge le président du parti, avant de fustiger la démarche de l’Union Africaine qu’il ne juge pas cohérente et sincère.

Trop réserviste sur ses relations avec l’occupant du palais, André Denamse Ketté assume son choix de l’époque motivé par l’esprit de corps, mais refuse cependant d’être comptable du bilan et de gestion de Faustin Archange Touadera.

Laissant planer le doute sur son probable soutient à Faustin Archange Touadera, celui qui était sur le front en 2015-2016 semble peu intéressé de la ligne politique de départ « on ne sait pas de quoi 2021 sera fait » a-t-il lâché en guise de conclusion de cette émission.

Le Front National Démocratique anime la vie politique extraparlementaire à défaut d’un député élu à l’Assemblée nationale.

Partage.

L'auteur

2 commentaires

  1. Paul Armel OUAKOLA le

    Pendant ce temps que pays à besoin de l’argent pour le redéploiement des FACAs, on augmente les salaires de fonctionnaires de la présidence et de la primature et on demande au Centrafricain, suffisamment dépouillé par la guerre de contribuer pour soutenir ce redéploiement quel contraste?

  2. pendant qu’on augmente les fonds speciaux de la présidence et la primature,on demande au pauvres fonctionnaires de contribuer avec un salaire de misère?

Commenter

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.