Centrafrique : « Nous allons par tous les moyens, prévenir la bataille de Bambari », promet Vladimir de la Minusca

0

BAMBARI,  17 Février 2017(RJDH) —Vladimir Monteiro, porte parole de la Minusca annonce le renforcement des dispositifs militaires de la mission à Bambari où les menaces d’affrontement entre l’UPC et la coalition menée par le FPRC, sont de plus en plus réelles. Le porte-parole de l’institution fait état de la détermination de la mission  à éviter la bataille de Bambari. Il l’a dit dans une interview accordée au RJDH.

RJDH : Vladimir Monteiro, bonjour.

Vladimir Monteiro (VM) : bonjour !

RJDH : Pourquoi la Minusca renforce depuis deux jours ces dispositifs militaires à Bambari ?

VM: Nous avons renforcé nos positions dans la ville depuis quelques jours pour mieux protéger Bambari et ses habitants. Nous sommes pour le moment la seule institution légitime qui contrôle Bambari. Donc nous avons renforcé nos positions pour prévenir la guerre comme nous l’avons dit lors de nos conférences de presse.

RJDH : Considérez-vous toujours  le FPRC comme une réelle menace malgré les pertes que le mouvement a subies suite à vos frappes du samedi dernier ?

VM: Aussi bien, la coalition menée par le FPRC que l’UPC constitue une menace pour les populations civiles de Bambari. Donc ce n’est pas que le FPRC, tous les deux mouvements constituent une menace pour Bambari.

RJDH : Les deux mouvements constituent une menace sauf que vous acceptez d’avoir à coté de vous à  Bambari une de ces deux menaces, notamment l’UPC.

VM : Nous avons dit que tous les deux constituent une menace et comme l’a dit le représentant spécial, « aucun groupe armé ne doit prendre le contrôle de Bambari ». C’est pour cette raison que nous sommes présents et nous avons renforcé nos dispositifs.

RJDH : Aucun des deux mouvements armés ne doit contrôler la ville de Bambari mais en réalité, UPC et dans la ville et c’est même ce mouvement qui s’impose aujourd’hui. N’est pas ?

VM : La Minusca, je viens de le dire, la Minusca a renforcé ses dispositifs à Bambari. Et je m’arrête à ce niveau.

RJDH : Où se trouve à l’heure actuelle Ali Daras ?

VM : Posez cette question à l’UPC lui-même, moi je parle de la MINUSCA. Ce que je peux vous dire c’est que nous travaillons pour  assure la protection des  populations. En même temps, nous engageons avec les deux groupes des discussions pour qu’ils arrêtent immédiatement les hostilités.

RJDH : Il semblerait que le leader de l’UPC est hors de Bambari.  Vous le confirmez ?

VM : Ce que nous avons dit nous le réitérons. Depuis plusieurs jours, nous utilisons la force pour montrer que la MINUSCA n’acceptera pas une guerre dans Bambari d’où l’intervention de la force. Egalement nous travaillons avec les deux groupes pour leur dire que cela cesse et qu’ils trouvent une solution à leurs différends à travers le dialogue. Nous discutons avec les deux groupes, nous discutons à Bambari mais également avec leurs représentants  qui sont à Bria, à Birao et à Kaga Bandoro.

RJDH : Vous voulez éviter la bataille de Bambari alors que celles des villes proches de Bakala ont eu lieu. La Minusca a-t-elle laissé faire à Bakala, Ippy, Bria et autres ?

PP : La MINUSCA ne peut pas laisser faire dans les villes que vous citez là.  Samedi dernier,  nous sommes intervenus dans les environs d’Ippy. Donc Minusca n’a pas laissé faire ni à Bakala ni à Ippy ni ailleurs. Par rapport à Bambari, nous le réitérons, il y a plusieurs enjeux c’est-à-dire protéger les populations d’exactions des groupes armés donc éviter une guerre, permettre aux groupes armés de poursuivre leurs activités  surtout vers la zone  Est, également aider à renforcer l’autorité de l’Etat. Nous ne privilégions aucune ville au détriment de l’autre. Nous avons des bases temporaires et opérationnelles un peu partout. Ne dit pas que nous protégeons une ville au détriment de l’autre. Nous avons pris ces dispositions parce qu’à Bria,  les combats entre le FPRC et l’UPC ont provoqué 5000 déplacés en plus des victimes c’est ce que nous va éviter à Bambari. Nous allons par tous les moyens, prévenir la bataille de Bambari

RJDH : La ligne de Ippy tient-elle toujours car le FPRC a confié au RJDH a l’avoir franchie.

VM : A Ippy, nous avons un dispositif comme nous avons un dispositif hors de Ippy jusqu’à Bambari et dans  la région.

RJDH : Est-ce que votre ligne rouge est maintenue à Ippy ?

VM : Je vous ai dit que nous disposons des hommes et des moyens  non seulement à Ippy comme dans d’autres parties de la ville.

RJDH : On apprend que les humanitaires de Bambari se sont refugiés à la base de la MINUSCA. Vous le confirmez ?

VM : Il faudrait demander aux humanitaires.

RJDH : Vladimir Montero, merci !

VM : Merci !

Propos recueillis par Sylvestre Sokambi

Partage.

L'auteur

Commenter