Centrafrique: 21 ONG nationales et internationales des droits humains appellent à la mise en place rapide de la Cour Pénale Spéciale

2

BANGUI, 22 Avril 2016(RJDH) – Dans un communiqué de presse publié le jeudi 21 avril 2016 par Human Rights Watch, 21 organisations centrafricaines et internationales de défense des droits humains appellent le nouveau président Centrafricain à faire de la Justice une des principales priorités de son gouvernement.

Selon ce document, « le peuple centrafricain a été victime d’abus inexprimables indicibles et a exprimé sa volonté de tourner la page sur le passé où régnait l’impunité », ont déclaré ces ONG de défense des droits humains tout en appelant le nouveau président de la République à mettre en place rapidement la Cour Pénale Spéciale et continuer de coopérer avec la Cour Pénale Internationale.

D’après ce communiqué, au cours des treize dernières années en RCA, les cycles de violence à répétition ont tous été marqués par la commission de crimes internationaux graves. La dernière qui remonte en 2012 a submergé le pays. 

Des groupes armés Séléka et Anti-Balaka ont perpétré des exactions contre les civiles, notamment des meurtres, violences sexuelles, ainsi que des destructions des biens et les responsables de ces crimes n’ont pas toujours été traduits en justice.

Partage.

L'auteur

Judicaël Yongo est ressortissant du Département des Sciences de l’Information et de la Communication (DSIC) à l’Université de Bangui. Titulaire d’une Licence en Journalisme, il est actuellement Journaliste-Reporter au Réseau des Journalistes pour les Droits l’Homme à Bangui (RJDH).

2 commentaires

  1. SEREFIO Édouard le

    LE PRÉSIDENT DE LA RÉPUBLIQUE CENTRAFRICAINE EST UN ÉLU DU PEUPLE À PLUS DE 61% ! À CE JOUR, LES POPULATIONS CENTRAFRICAINES VICTIMES DEPUIS LES ATROCITÉS DE DECEMBRE 2012, TIENNENT BEAUCOUP À CE QUE JUSTICE SOIT DITE SUR LES EXACTIONS ! LES GENS CONTINUENT DE SUBIR LES TERREURS DES AUTEURS DE « CRIMES, VOLS, PILLAGE, ASSASSINATS, VIOLS, DESTRUCTIONS DES BIENS, MEUBLES, IMMEUBLES !

  2. SEREFIO Édouard le

    Human Rigths Watch doit également me compter parmi les Victimes, car mes enfants sont éparpillés en Afrique Centrale et il ne passe pas un seul jour que je pense à eux ! Mon état de santé en a prist un coup à 67 ans ! Je sens que ma vie est écourtée et je risque un « infarctus » !

Commenter