Centrafrique : 20 jeunes maraîchers formés sur les techniques culturales

0

BANGUI, 27 janvier 2018 (RJDH)—Ce sont des jeunes maraichers des quartiers périphériques de Bangui qui ont vu leur capacité renforcée en vue de plus de productivité. Une formation de trois jours portée par l’ONG Uru sur financement de la FAO.

L’activité maraichère est la source de revenu des jeunes dans les localités de Ngola, Bercail, Boeing et 100 logements. Selon l’ONG Uru, cette formation vise à encourager cette frange de la population  à doper leur économie et à fructifier le rendement. Cette initiative est lancée dans un contexte de résilience et au moment où la ville de Bozoum au nord-ouest du pays organise sa foire agricole quelque mois seulement après la journée mondiale de l’alimentation célébrée à Berberati.

Jonathan Kossi-Dokossi, secrétaire général de l’Association Force Verte du 6ème arrondissement, apprécie à sa juste valeur cette initiative qui pour lui est bénéfique, « cette formation nous a permis de connaître des nouvelles techniques culturales qui nous échappent », a-t-il déclaré.

Pour Emmanuel Singha, responsable de Uru, cette formation s’inscrit dans le cadre de la mise en œuvre du programme « Graines d’espoir » porté par leur organisation. « Nous recherchons à travers cette activité de permettre l’augmentation de la part de la richesse pour les jeunes, car le secteur agricole est capable d’absorber la force de travail des jeunes et à lutter contre l’instabilité en promouvant l’emploi pour et avec les jeunes ». Affirme-t-il.

La FAO par la voix de son chargé de programme, Etienne Ngounio-Gabia, promet suivre les bénéficiaires de cette formation en leur donnant les moyens qu’il faut afin de leur permettre d’appliquer tout ce qu’ils ont appris.

L’agriculture constitue un point de relèvement du pays selon le RCPCA.

Partage.

L'auteur

Commenter

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.